Qu'est-ce qu'une bonne pépinière ?

Reconnaître une bonne pépinière © Rustica C.Hochet
Reconnaître une bonne pépinière © Rustica C.Hochet
Il n’est pas toujours aisé, pour les novices, de distinguer une bonne pépinière d’une mauvaise. Rappelons qu’une pépinière n’est pas une jardinerie : il ne s’agit pas d’un dépôt de plantes mais d’une unité de production, qui propose une liste de produits suivis, variant peu au fil des années. 


Ouvrez l'oeil

Tous les pépiniéristes ne disposent pas d’un catalogue ; mais si vous échangez avec votre interlocuteur, vous saurez rapidement à qui vous avez affaire. Un professionnel capable de vous donner des détails sur le comportement des végétaux selon les jardins est sans doute fiable.

Ensuite, faites un tour. S’il n’y a aucun jeune plant sur le terrain, vous n’avez pas affaire à une vraie pépinière. Ces unités sont souvent sous tunnel et fermées au public, mais une visite attentive devrait vous permettre d’obtenir des renseignements.

Tous producteurs

Tous les vrais pépiniéristes produisent eux-mêmes leurs plants. S’ils ne les propagent pas toujours (surtout dans le cas des arbres et arbustes), ils achètent de jeunes plants qu’ils élèvent de leurs mains. Cette pratique peut choquer, mais les coûts de production sont tels que les professionnels n’ont parfois pas d’autre solution s’ils souhaitent maintenir une gamme étendue.

Ne vous fiez pas aux détails

Une pépinière propre est agréable. Mais les plantes vendues doivent avant tout être en bonne santé : peu importe qu’elles soient accompagnées de quelques mauvaises herbes.
Ne vous étonnez pas non plus de voir, à certains moments de l’année, des plantes en conteneur ou arrachées et disposées en tas dans un coin du terrain : elles ne sont pas destinées à la vente, mais vouées à la destruction. Les invendus conservés d’une année sur l’autre sont en effet taxés comme stock, et il est naturel que les professionnels ne gardent que le strict nécessaire.
A l’inverse, méfiez-vous des plantes trop belles pour être vraies : feuilles ultrabrillantes, fleurs immenses, etc. peuvent être le signe d’une culture à coup d’engrais surdosé, sous abri. Les plantes ainsi « gonflées » conviennent pour une décoration florale de quelques jours, mais sont absolument incapables de pousser dans votre jardin. 

Que faire si vous n'êtes pas content

Commencez par en parler à votre fournisseur. Il pourra peut-être vous expliquer les raisons de l’échec de votre plantation. Ensuite, faites le compte ce qui a échoué et de ce qui a bien fonctionné. Les plantes sont des êtres vivants, soumises à de nombreux aléas. Si la perte est peu élevée, votre pépiniériste n’y est sans doute pour rien. Il a intérêt à vous voir revenir, et il y a peu de chances qu’il ait cherché à vous escroquer.
Dans tous les cas, laissez-lui, au moins au départ, le bénéfice du doute. La gamme offerte par les pépinières françaises est une des plus riches du monde, faisant même l’envie de nos partenaires britanniques et hollandais, souvent cités comme des maîtres en la matière.
Pourtant, beaucoup de nos pépiniéristes gagnent très modestement leur vie, et il n’est pas opportun  de les pousser à disparaître.