Que faire dans un jardin exposé au sel ?

Jardin exposé au sel © C.Hochet/Pépinière de l'ïle
Jardin exposé au sel © C.Hochet/Pépinière de l'ïle
En bord de mer, le sel peut être dévastateur pour les jardins. Certaines plantes s’en accommodent, alors que d’autres n’en supportent pas la moindre trace. Quelques aménagements devraient néanmoins vous permettre de faire pousser vos végétaux préférés. 


Quelques caractéristiques des jardins en bord de mer

Le bord de mer offre un climat généralement plus tempéré que celui de l’intérieur des terres. Le revers de la médaille, ce sont les projections de sel, plus ou moins importantes suivant la distance qui sépare le jardin de l’océan.

Le sel est malheureusement un désherbant efficace, même quand il n’est pas posé au pied des plantes : il suffit qu’il soit projeté sur le feuillage pour le brûler durablement. Par temps calme, seules les plantes à larges feuilles tendres (de sous-bois frais, en général) peuvent rechigner à pousser. En revanche, tout se complique dès que le vent sert de vecteur.

Quelles plantes choisir ?

Vous pourrez vous protéger à l’aide de haies adaptées. Le vent salé fait de l’effet même à 30 ou 40 km des côtes : choisissez donc prudemment vos arbustes. Renoncez en particulier aux conifères, dont les pousses tendres sont aisément brûlées, et qui ne repoussent pas sur le vieux bois. Si vous souhaitez des persistants, optez plutôt pour ces champions de tolérance que sont les éléagnus (Elaeagnus x ebbingei) ou, mieux encore, les filarias (Filaria angustifolia). Comme pour toute protection contre le vent, doublez les haies de plantations d’autres arbustes, caducs de préférence.

Vous regrouperez également au cœur du jardin les végétaux les plus sensibles, qui seront protégés par les autres. Enfin, préférez quelques plantes parfaitement adaptées, dites halophiles, capables de filtrer le sel dans le sol, telles que les lavandes (Limonium) ou arroches (Atriplex halimus) de mer.