Fonds commun de placement (FCP)

Par : Philippe Colin - Dernière modification : 27 février 2013 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |

Pour compléter votre lecture :

fonds communs placement

Les fonds communs de placement

Les fonds communs de placement sont des OPCVM (organismes de placement collectifs en valeurs mobilières). Leur but est de permettre aux épargnants d'investir collectivement de l'argent en bourse, en répartissant les risques, sans avoir à se préoccuper en direct de leur portefeuille.


FCP et SICAV : quelle différence ?

FCP et SICAV sont toutes les deux des OPCVM.

Les produits proposés par les FCP sont de même nature que ceux des SICAV, c'est-à-dire des actions et des obligations.

Les FCP gèrent un actif moins important. Ils ont accès à des marchés plus étroits et plus spécialisés, par exemple des secteurs d'activité ou des zones géographiques déterminés.
Par conséquent un FCP sera en général moins diversifié qu'une SICAV.
Le placement sera un peu, voire beaucoup, plus risqué mais avec les possibilités de bénéfices plus importantes.

A noter : les FCP sont proposés aux épargnants ayant déjà un portefeuille diversifié (par exemple au sein d'une SICAV). Leur objectif est, dans un second temps, d'effectuer des placements un peu plus spéculatifs. L'organisme gestionnaire de la FCP est le seul qui puisse fournir les détails sur les caractéristiques de ses FCP : rendement, composition du portefeuille, prix de la part.

Une gamme large de FCP

Une large gamme de FCP est mise à votre disposition :

  • FCP d'obligations françaises et étrangères ;
  • FCP d'actions françaises, européennes, américaines et asiatiques ;
  • FCP à court terme ;
  • FCP diversifiés ;
  • FCP dans l'innovation ;
  • FCP tournés vers des secteurs ou des régions particulières.


Chaque catégorie suit le régime fiscal correspondant à la nature des produits qu'elle contient : actions et obligations.

A noter : les plus-values réalisées lors de la cession de parts ou actions d'OPCVM monétaires ou obligataires de capitalisation bénéficient du même régime que les ventes d'actions.

Les FCPR

L'orientation des placements des Fonds communs de placement à risques (FCPR) est strictement encadrée. Ces FCPR doivent en effet être constitués, pour au moins 50%, de titres de sociétés non cotées ou de parts de SARL (société anonyme à responsabilité limitée).

Les intérêts de ces parts sont totalement exonérés d'impôt si le contribuable s'engage à :

  • conserver ces parts pendant au moins 5 ans ;
  • et à en réinvestir les intérêts dans les FCP où ils resteront indisponibles pendant la période de 5 ans.

A noter : les plus-values réalisées lors de la cession ou du rachat des parts ne sont pas soumises à l'imposition des plus-values, à condition de respecter notamment la période d'indisponibilité.

Les FCPI

Les fonds communs de placement dans l'innovation (FCPI) permettent d'orienter ses investissements dans de jeunes entreprises innovantes.

Ainsi, 60% des fonds d'une FCPI doivent être investis sur de jeunes PME ou de PMI innovantes, non cotées en bourse ou cotées sur des marchés organisés. Les 40% restant peuvent être diversifiés, par exemple sur des SICAV obligataires ou monétaires.

Les FCPI sont des placements réservés à des investisseurs solides avec une capacité d'épargne importante sur le long terme.

A noter : ni le capital, ni le rendement ne sont garantis. Lorsqu'il y a rendement, celui-ci peut être supérieur aux placements plus classiques. C'est pourquoi ce type d'investissement s'appelle aussi "capital risque".

L’avantage fiscal des FCPI

L'achat de part de FCPI permet de bénéficier d'une réduction d'impôt égale à 25% de l'investissement jusqu'au 31 décembre 2012, avec un plafond annuel de 12 000 € pour une personne seule (soit une réduction d'impôt de 3 000 €), 24 000 € pour un couple (soit une réduction d'impôts de 6 000 €). Pour bénéficier des avantages fiscaux, il faut pouvoir immobiliser son épargne durant au moins 5 ans.

Par ailleurs, les parts de certains FCPI donnent droit à une réduction de l'ISF limitée à 20 000 €. Elle porte sur 50% des versements réalisés sur des titres non cotés.

A noter : les plus-values de parts de FCPI sont assujetties aux prélèvements sociaux (13,5% perçus à compter de 2012).

Les FIP

Les fonds d'investissement de proximité (FIP) permettent d'accéder au marché des sociétés non cotées dans un cadre fiscal favorable (le même que celui des FCPI).

Dans une FIP, 60% de l'actif doit être investi dans des PME. Elle doit obligatoirement investir dans quatre régions limitrophes.

Autre exigence de la FIP : au moins 10% de l'actif est consacré à des PME de moins de 5 ans, et jusqu'à 20% pour le FIP "ISF".

Les FCPE

Les parts de fonds commun de placement d'entreprise (FCPE) sont réservées aux salariés d'une entreprise. Ils sont proposés dans le cadre d'un accord de participation ou d'un plan d'épargne salariale (PEE, PEI, Perco).

Les FCPE peuvent être "diversifiés". Ils sont composés de différentes catégories de valeurs mobilières.

Autre possibilité : les FCPE "d'actionnariat salarié", composés pour plus d'un tiers de titres de l'entreprise.

Les FCIMT

Les parts de fonds communs d'investissement sur les marchés à terme (FCIMT) constituent un placement très risqué, car très spéculatif. Les marchés sur lesquels ils interviennent sont définis par l'Autorité des marchés financiers.

Comme l'investissement se réalise sur des marchés à terme, le montant est déterminé à l'avance. 50% de ce montant doit être obligatoirement détenu en liquidités, disponibles à tout instant.

Les parts de FCIMT ne sont pas cotées.

Le nombre de FCIMT proposé est très réduit.

A noter : ces FCP sont ouverts à tout public, mais ils sont interdits de publicité et de démarchage.

 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu