La Franche-Comté gourmande : cinq musées à déguster

Article mis à jour le 
Pontarlier, ville de l'absinthe
Pontarlier, ville de l'absinthe
Les spécialités gastronomiques franc-comtoises font partie intégrante de la découverte d’une région réputée pour ses produits du terroir. Itinéraires pour les fines bouches de 7 à 77 ans.


La maison du comté, à Poligny

De l’alimentation des vaches à la cave d’affinage, tout savoir sur le premier fromage ayant obtenu l’AOP (appellation d’origine protégée). Des maquettes mettant en scène les différentes étapes de la fabrication, des bornes interactives, des ateliers pour apprendre à reconnaître les arômes ou pour fabriquer son fromage, avec en point d’orgue une dégustation de comtés affinés et une invitation à poursuivre l’expérience sur les Routes du comté, un réseau réunissant des fermes, des fruitières à comté, des hébergements et des restaurants. http://www.maison-du-comte.com/

Les caves d’affinage du fort Saint-Antoine près de Pontarlier

Depuis 1966, ce fort désaffecté construit à la fin du XIXe siècle a été réaménagé en cave d’affinage pour les comtés Marcel Petite. Dans ce cadre unique de galeries voûtées en pierre de taille, des meules de comtés d’exception mûrissent lentement de 10 à 36 mois. Au cours de cette visite guidée au cœur d’une véritable cathédrale souterraine, vous découvrirez les gestes traditionnels destinés à conduire le produit vers sa plus subtile expression.
Prévoir des vêtements chauds et chaussures fermées. http://www.comte-petite.com/

L’écomusée de la cerise à Fougerolles

Depuis le XVIe siècle, Fougerolles doit sa notoriété à la culture et à la transformation de de la cerise à kirsch qui bénéficie d’une AOC (appellation d’origine contrôlée). Installé dans un ancien atelier de distillation et entouré d’un verger conservatoire, le musée raconte l’histoire de ce fruit emblématique et son passage d’une activité complémentaire de l’agriculture à la production industrielle. De la fleur à l’alambic, les secrets de la distillerie, les implications économiques et sociales, l’écomusée organise chaque année une fête de la cerise chaque 1er week-end de juillet. A noter que Fougerolles est classé « site remarquable du goût ». http://fougerolles.fr/index.php/ecomusee/accueil

La route de l’absinthe

C’est à Pontarlier que prend naissance, au XIXe siècle, l’industrie de l’absinthe qui marquera de son empreinte le développement de la ville et de la Suisse limitrophe. Très toxique et titrant à 65°, voire 72° d’alcool, elle est célébrée par de nombreux artistes dont Zola, Verlaine, Van Gogh, etc. Responsable de troubles psychiatriques, la « fée verte » sera la cible des ligues antialcooliques et finalement interdite en 1915. Il faudra attendre 2011, pour voir l'absinthe à nouveau autorisée en France. Le musée municipal et quelques distilleries consacrent une place importante à son histoire et à son univers très particulier. Un itinéraire touristique franco-suisse rassemble une vingtaine de sites sur la thématique de l’absinthe.

www.pontarlier-anis.com/ et http://www.admdp.com/route-absinthe-pontarlier-suisse.php

La maison de la Vache qui rit à Lons-le-Saulnier

Un musée tout à la gloire du célèbre fromage fondu créé en 1919 par Léon Bel. Y sont rassemblés quelque 600 objets sur la célèbre ruminante dont le dessin original du graphiste Benjamin Rabier, l’histoire de ses boucles d’oreille, sans oublier des affiches, chansons, BD, films publicitaires qui ont jalonné son développement. Un parcours ludique, des jeux interactifs pour les enfants, une visite sous le signe de la bonne humeur. Stages culinaires l’été. www.lamaisondelavachequirit.com

 

En savoir + : www.franche-comte.com

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".