Un goéland... Des goélands

Goéland argenté en vol - ©J.C. Meslé
Goéland argenté en vol - ©J.C. Meslé
Oiseaux de mer les plus nombreux, on a le droit de les confondre avec les mouettes avec lesquelles, ils n'ont aucune différence sur le plan scientifique.


Comment reconnaître le goéland ?

Caractéristiques communes aux différentes espèces de goéland vivant en France :

  • les goélands sont des laridés, de laros en grec qui voulait dire rapace de la mer ;
  • les goélands ont une allure en vol qui est caractérisée par la légèreté et l'impression de facilité ;
  • ils nagent mais plongent peu ;
  • le soir, ils regagnent leurs dortoirs après avoir passé la journée à la recherche de leur nourriture ;
  • ils nichent sur le sol, en général à proximité de la mer, mais aussi en ce qui concerne les goélands argentés de plus en plus à l'intérieur des terres.
Goéland immature
Goéland immature

Les goélands immatures
Les immatures sont marrons et donnent l'impression d'être sales. Ce n'est qu'entre 2 et 4 ans qu'ils prennent leurs couleurs définitives.
Pour les goélands, l'univers sonore est très important dans la communication sociale en particulier au moment des parades ainsi que dans la défense du territoire au moment des nids.

Mouette rieuse - ©J.C. Meslé
Mouette rieuse - ©J.C. Meslé

Risques de confusion avec les mouettes
Il n'y a pas de différences scientifiques avec les mouettes qui sont elles aussi des laridés. Seule une différence de taille justifie les deux appellations. Les mouettes sont plus petites que les goélands.

Parmi les laridés, le plus le grand est le goéland marin. Le plus petit est la mouette pygmée (tous les deux sont présents en France).
Il existe de par le monde 31 espèces de goélands et 18 espèces de mouettes.
En France, on ne rencontre que 5 espèces de goélands et 3 de mouettes.
Les espèces de goélands que l'on peut rencontrer en France sont les goélands argentés, bruns et cendrés, les goélands leucoptères, et les goélands marins.
Les espèces de mouettes que l'on peut rencontrer en France sont les mouettes pygmées, les mouettes rieuses et les mouettes tridactyles.

Prédateurs
Les goélands à l'état adulte n'ont pratiquement pas, sous nos latitudes, de prédateurs marins (à part le goéland marin lui-même qui est capable de s'attaquer à ses cousins). A terre, ils résistent mal aux grands rapaces sauvages (faucons, autours) et aux oiseaux de fauconnerie.

Les différentes espèces de goélands fréquentant les côtes françaises

Goéland brun. ©J.C. Meslé
Goéland brun. ©J.C. Meslé

Le goéland brun (Larus fuscus)
Il est grand avec une taille de 55 cm et une envergure de 135 cm. Il n'est pas brun mais il a un corps blanc, une tête blanche. Son dos est gris foncé ou noir (d'où un risque de confusion avec le goéland marin). La mandibule inférieure du bec est ponctuée de rouge. Les pattes sont jaunes.

Le goéland leucoptére (larus leucopterus)
Celui-ci porte bien son nom (leucoptère signifie qui a des ailes blanches). Ses ailes d'un gris très clair peuvent apparaître comme étant blanches dans la lumière marine.
Il est assez grand : 55 cm. Ses pattes sont roses, son bec est jaune avec une tache rouge à la mandibule inférieure.
Les immatures sont complètement blancs au début de leur deuxième année.
Il est présent en France uniquement en hiver.

Goéland cendré - ©J.C. Meslé
Goéland cendré - ©J.C. Meslé

Le goéland cendré (larus canus)
Canus en latin signifie blanc argenté, c'est en effet la couleur qui domine la livrée de ce goéland de taille moyenne. Ses pattes et son bec sont d'un jaune tirant largement sur le vert.
En allemand, c'est le goéland des tempêtes.

Goéland argenté - ©J.C. Meslé
Goéland argenté - ©J.C. Meslé

Le goéland argenté (larus argentatus)
C'est lui l'envahisseur, c'est lui qui réveille les habitants de Dieppe et de Granville le matin de bonne heure, c'est lui qui pille les poubelles, qui souillent les statues de nos corsaires.
Il est grand, il peut avoir jusqu'à 150 cm d'envergure. Son dos et sa couverture alaire sont gris. Ses pattes sont roses ou jaunes suivant les sous-espèces. Le bec est jaune avec un point rouge sur la partie inférieure.
Pour les anglais, il est le Herring gull (herring signifie hareng en anglais) ce qui montre qu'il est parfaitement capable de pêcher.

Le goéland leucophée (Larus argentatus cachinnans)
Il est présent dans le sud de la France. Il s'agit d'une sous-espèce de goéland argenté différentiable à ses pattes jaunes.

Goéland marin - ©J.C. Meslé
Goéland marin - ©J.C. Meslé

Le goéland marin (larus marinus)
C'est le plus grand. Il mesure presque 80 cm pour une envergure allant jusqu'à 180 cm. Il se distingue par son manteau noir. Son bec de couleur jaune avec un point rouge à la mandibule inférieure, parait plus fort que celui des autres goélands. Ses pattes sont roses.

C'est sûrement en l'observant que les grecs appelaient laridés cette famille d'oiseaux. En grec, laros, signifie rapace de la mer. Cette appellation lui va très bien quand on sait qu'il est capable de faire ventre de proies vivantes beaucoup plus grosses que lui.
En Camargue, Laurent Charbonnier a filmé avec sa maîtrise habituelle, un goéland attaquant et tuant un canard-colvert adulte.
J'ai vu sur les rives de la Baltique, des goélands marins virer proprement des eiders quatre fois plus lourds qu'eux pour piller les oeufs et dévorer sur place des poussins de dix jours.
Sur l'île de Béniguet, à quelques encablures de Molène et de Sein, les goélands marins sont des auxiliaires efficaces dans la régulation des lapins qui parfois pullulent dans cette île protégée par la mer de la myxomatose et du VHD. Leur technique est au point. Ils ravissent les jeunes lapins à terre, les amènent au-dessus de l'eau et les larguent. Une fois noyés, les lapins sont repêchés et dévorés.



Article réalisé par Jean-Pierre Fleury.

Cet article a recueilli 4 avis. 75% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".