Grizzly, Ursus arctos, horribilis...

Grizzli adulte
Grizzli adulte
C'est le grand cousin américain de notre ours des Pyrénées.


C’est un ours américain

L'ours Grizzli (Ursus arctos horribilis) horribilis car il a toujours fait peur... se rencontre exclusivement au Canada et aux Nord des États-Unis.
Il peuple le continent depuis -70 000 ans. Il a deux cousins du même genre, l'ours du Kamtchatka (Ursus arctos beringianus) que l'on trouve au nord de la Russie et l'ours kodiak, (Ursus arctos middendorffi) qui peuple l'archipel éponyme au large de l'Alaska.
L'animal vit en solitaire la plus grande partie de l'année, il habite sur un territoire très étendu et se déplace en fonction des disponibilités en nourriture.
La superficie de son domaine vital peut varier entre 200 à 600 km² pour les femelles et de 900 à 1 800 km² pour les mâles.

Description du grizzli

Une des 5 "mâchoires" du grizzli
Une des 5 "mâchoires" du grizzli

II a pour traits distinctifs une face quelque peu bombée et de très longues griffes aux pattes avant. Les canadiens ont pour habitude de dire qu'il a 5 mâchoires, une dans la gueule et les 4 autres au bout des pattes...
Les grizzlis ont généralement une fourrure de couleur claire ou grisâtre sur la tête et les épaules, le corps sombre et les membres de couleur encore plus foncée. La forme de leur corps et leur longue fourrure les font paraître plus massifs qu'ils ne le sont en réalité. Bien que certains individus puissent peser jusqu'à 500 kg, un mâle moyen pèse entre 250 et 350 kg tandis que la femelle pèse la moitié moins.
En position bipède un grand mâle mesure environ 3 mètres. En tendant ses membres inférieurs et supérieurs, il est capable d'atteindre d'un coup de patte une proie à 5 mètres de hauteur.

Un grizzli adulte n'a pas de prédateurs naturels
Un grizzli adulte n'a pas de prédateurs naturels

Contrairement aux ours noirs, qui se sont adaptés aux humains et à leurs activités, les grizzlis n'ont pas réussi à faire face à la civilisation. L'histoire nous démontre qu'il existe un seuil de tolérance à l'ingérence des humains, seuil au-delà duquel les grizzlis ne peuvent survivre.
Leur sens aigu du territoire et les dégâts qu'ils causent parfois aux cultures et au bétail ont donné lieu à des conflits avec les humains, inévitablement au détriment des grizzlis. Ainsi, leur aire de répartition en Amérique du Nord a diminué de plus de la moitié, tandis que celle des ours noirs américains s'est maintenue. Le grizzli est long à atteindre son plein développement et ne se reproduit que tous les trois ou quatre ans. Sa taille lui permet de régner sans partage sur la faune indigène. Sauf lorsqu'il est jeune, il n'a pas d'autre ennemi naturel que les humains. Sa longévité est importante puisque des individus atteignent l'âge de 20 à 30 ans. Le grizzli peut s'hybrider avec l'ours polaire. Le résultat de cette hybridation est en anglais appelée grolar ou pizzly.

Les saumons assurent une bonne partie de la nourriture du grizzli
Les saumons assurent une bonne partie de la nourriture du grizzli

Régime alimentaire
Comme tous les ours de la planète, le grizzli est un omnivore opportuniste. Les végétaux représentent plus de 80% de son alimentation. En été, il consomme des baies qui lui serviront à faire des graisses pour l'hiver, au printemps à la sortie de sa tanière, il est capable d'ingérer des racines riches en protéines, plus tard en saison lors de la migration, on le verra consommer avec appétit les saumons ont il mange les parties adipeuses en dédaignant souvent les parties maigres. Il se nourrit également des jeunes de cerfs-mulets, de caribous ou de wapitis.
Les grizzli sont charognards et vont volontiers voler les proies des grands prédateurs. Les combats d'un grand mâle avec une meute de loups pour quelque relief de caribou ou de cerf est parait il d'une sauvagerie et d'une violence exceptionnelle.
Le grizzli profite également de la nourriture et des détritus que les gens mettent négligemment à sa disposition. Animal intelligent, il devient vite un habitué des terrains de camping ou des décharges s'il y trouve aisément de quoi se nourrir. Même si cette nourriture est nutritive et abondante, une telle pratique aboutit souvent à des problèmes de cohabitation entre l'homme et le plantigrade...
Les rangers marquent les animaux qui ont pris l'habitude de s'approcher des campements humains à l'aide paint-ball. S'il revoit un animal ainsi marqué roder à nouveau autour des hommes, ils l'abattent avant qu'un accident ne survienne.

Une mère avec ses deux petits au début de l'été
Une mère avec ses deux petits au début de l'été

Reproduction
La durée de gestation d'une femelle ours est de 8 à 9 mois. Le rut a lieu en mai/juin mais l'ourson (généralement un ou deux) ne naît quand février car l'ours comme le chevreuil connaît une interruption de son développement que l'on appelle la diapause embryonnaire. Le petit voit donc le jour en plein hiver sous la chaleur protectrice de la fourrure maternelle et de la tanière.
La maturité sexuelle chez la femelle grizzli est atteinte vers 5 à 7 ans. Par la suite elle ne met bas que tous les trois ou quatre ans. Les oursons naissent dans une tanière hivernale, habituellement en janvier ou en février. Ils sont très petits : ils pèsent environ 400 g et mesurent moins de 22,5 cm. La croissance des oursons est très rapide et, lorsqu'ils quittent la tanière avec leur mère au printemps, ils pèsent environ 8 kg. Ils continuent de prendre rapidement du poids durant l'été et approchent les 45 kg lorsqu'ils regagnent la tanière hivernale. Ils restent en général avec leur mère jusqu'au mois de juin de leur troisième année. Pendant ces années de petite enfance ils feront leur apprentissage en chassant d'abord des petites proies comme les mulots puis plus importante comme les chiens de prairies.

Hibernation
Contrairement aux idées reçus, l'ours ne tombe pas en léthargie totale durant la période hivernale. En effet chez tous les ours, la température ne s'abaisse que de 5°C passant de 37-39 °C à 32-34°C et même si le rythme cardiaque tombe à moins de 10 pulsations par minute, il est capable de reprendre un rythme de vie normale en quelques heures. Son métabolisme particulier lui permet en effet durant plusieurs mois de ne pas s'alimenter et de consommer des réserves énergétiques stockées sous la forme d'une couche de graisse.

Couverture de L'intrépide, juin 1916
Couverture de L'intrépide, juin 1916

Dire qu'il n'y a jamais eu de drames avec les humains serait pratiquer un angélisme idiot et aveugle.
Dire que le grizzli est un monstre sanguinaire uniquement préoccupé de chair humaine serait tout aussi imbécile.
Les accidents mortels sont légion. Les ours étant intransigeant quand il s'agit de défendre leur territoire, les attaques sont inévitables de la part d'un grand mâle qui croit ses prérogatives mises en cause par un intrus ou d'une femelle qui sent sa progéniture menacée par une présence nouvelle.
L'espèce est classée en état vulnérable par l'UICN. (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Animal des contrées sauvages, le grizzli ne peut survivre que dans des régions relativement peu perturbées. Les humains constituent pour lui la plus grande menace, non pas tant par la chasse sportive qu'en raison de l'augmentation des populations humaines qui entraînent la destruction de son habitat. Les grizzlis sont chassés comme gibier dans tout l'Ouest canadien, au printemps et à l'automne. Par ailleurs, chaque année, des agents de protection de la nature en capturent ou en abattent parce qu'ils deviennent une menace pour les humains.

Le grizzli et les hommes

Le grizzli a toujours été une énigme pour les humains. Tout un ensemble de récits folkloriques et de fables s'est développé à propos de cet animal légendaire et redouté, mais souvent mal connu.
Henry Kelsey est le premier explorateur blanc à avoir signalé des grizzlis dans son journal de voyage : il avait aperçu, le 20 août 1691, "une sorte d'ours immense" près d'un endroit qui s'appelle maintenant The Pas, dans le Centre-Ouest du Manitoba.
Les capitaines Lewis et Clark, qui ont souvent dû faire face à des grizzlis, ont donné une description détaillée de l'animal dans leur journal de voyage en 1805. Ce n'est que dans les années 1960 que des études approfondies menées au Canada et aux États-Unis ont commencé à jeter une nouvelle lumière sur le grizzli et son comportement. Le grizzli est rarement belliqueux. Sa taille lui permet d'éviter de se battre avec les autres animaux et, dans la mesure du possible, il évitera tout contact avec les humains.

Où l’observer

Un beau grizzli, Denali National Park, Alaska
Un beau grizzli, Denali National Park, Alaska

Il existe environ 30.000 grizzlis aux États-Unis. L'animal peuple les grands parcs américains tels que le Yellowstone National Park dans le Wyoming. On le trouve également sur l'archipel de Kodiak (3000 individus) au large de l'Alaska. On trouve également le plantigrade au Canada ou les effectifs dépassent les 20.000 individus. C'est dans les états de l'Ouest (Colombie Britannique et Alberta) que les populations sont les plus importantes.
Historiquement, on trouvait le grizzli en grand nombre en descendant vers le sud jusqu'en Californie et au Mexique, et l'aire de répartition de cet ours couvrait la moitié occidentale de l'Amérique du Nord, environ jusqu'à la limite orientale du Manitoba. À mesure que les populations humaines ont augmenté, l'aire de répartition du grizzli a diminué. Elle ne couvre plus que le Nord-Ouest de l'Amérique du Nord.

Carte d’identité du grizzli

Ordre : Carnivores
Famille : Ursidae
Sous famille : Ursinae
Genre : Ursus
Espèce : Ursus arctos horribilis

Article réalisé par Arnaud Filleul et Jean-Pierre Fleury.