Où sont les huîtres d'antan ?

Femmes employées au tri des huîtres, Oscar Guet 1827, musée du Vieux Granvil
Femmes employées au tri des huîtres, Oscar Guet 1827, musée du Vieux Granvil
Des huîtres en France : l'histoire d'un miracle mais les miracles ne produisent qu'une fois !


Une histoire en trois actes

Les huîtres plates première et seule espèce d'huîtres indigènes en France se font du fait de la surpêche et de la maladie de plus en plus rare en France. Heureusement, un bateau, chargée de creuses d'origine portugaise perd sa cargaison au large de la Gironde, ces huîtres renouvellent presque par hasard la filière française mais la maladie détruit à nouveau la souche. Des huîtres importées du Japon en 1972 assurent depuis lors la pérennité de notre ostréiculture qui tremble maintenant à l'idée d'une nouvelle catastrophe, il n'y aurait plus de solution de remplacement...

Acte 1 - Les huîtres : une manne

Les bancs d'huîtres indigènes ou huîtres plates (Ostrea edulis) formaient jadis tout le long de nos côtes un cordon presque ininterrompu, seulement brisé par endroits. Cette richesse persista jusqu'au 18e siècle.

Tous ces gisements furent longtemps exploités sans aucune restriction. L'ordonnance de 1681 réglemente la pêche des moules, mais ne s'occupe pas des huîtres. Le jurisconsulte Valin, Procureur du Roi de l'amirauté de La Rochelle nous en donne la raison : les bancs naturels sont, dit-il, inépuisables.

La drague employée pour pêcher est un grand instrument de fer de 6 pieds (1,80 m) sur 2 pieds de large en forme de pelle recourbée par derrière à laquelle est attachée une espèce de filet en bande de cuir. Ce filet est lesté de pierre. Le bateau, une bisquine, tire la drague qui collecte les huîtres sur le fond. On peut en pêcher jusqu'à 1 100 en un seul trait. On en débarque tous les jours une quantité prodigieuse à Cancale et à Granville.

De 1823 à 1835 on pêche 400 millions d'huîtres dans la Baie du Mont Saint-Michel, le chiffre s'accroît encore jusqu'à 674 millions de 1835 à 1847 soit une moyenne de 56 millions par an ! La surpêche (déjà !) fait progressivement disparaître la ressource.

La dernière bonne année, 1909, n'offre plus que 20 millions de pieds de cheval.

Après ces temps de cocagne, la pêche fût strictement réglementée. Seules quelques caravanes de quelques bisquines eurent le droit de pêcher les dernières huîtres.

Granville au début du 20e siècle, les femmes s’apprêtent à séparer la « viande » des huîtres des coquilles
Granville au début du 20e siècle, les femmes s’apprêtent à séparer la « viande » des huîtres des coquilles

Pendant toutes ces années de pêche miraculeuse, certaines de ces huîtres partaient vivantes vers des parcs d'engraissement comme à Marennes ou à Saint Vaast la Hougue.

La grande majorité des huîtres était travaillée sur place. Les femmes séparaient la "viande" des coquilles. La chair des huîtres était mise dans des tonneaux de saumure et expédiée dans la France entière. Les coquilles, elles, restaient sur place et se sont amoncelées en des tas immenses pendant des décennies. Il est encore impossible de creuser la moindre tranchée à proximité du port de Granville sans en rencontrer sur plusieurs mètres d'épaisseur.

Ces huîtres plates appelées aussi pied de cheval atteignent parfois des tailles respectables ; elles peuvent devenir plus grandes qu'une assiette et peser plus d'1 kg.

Grâce aux mesures de protection les bancs se sont en partie refaits, et la pêche a pu reprendre dans un cadre très réglementé, quelques 77 tonnes de belles huîtres ont été débarquées à Granville en 2003.

Lire sur la pêche des huîtres à Cancale et à Granville, la "Caravane de Pâques" De Roger Vercel 1948 Albin Michel.

Acte 2 - Un miracle !

Avant 1908, collecteur de naissains dans le bassin d’Arcachon
Avant 1908, collecteur de naissains dans le bassin d’Arcachon

Les débuts de l'élevage
Depuis les origines, l'espèce d'huîtres élevée dans le Bassin d'Arcachon était l'huître plate, ou gravette (ostrea-edulis). Les populations se portaient tant bien que mal quand...

En 1868, le "Morlaisien", un navire chargé d'huîtres creuses portugaises (crassostera angulata), fut surpris par une violente tempête. Il trouva son salut en s'abritant devant l'estuaire de la Gironde. Constatant qu'en raison du retard pris, les huîtres étaient avariées et ne pouvaient être livrées, le capitaine pris la décision de les jeter par-dessus bord. Certaines survécurent et firent souche au point que quelques années seulement plus tard, les portugaises se sont fixées et reproduites sur tout le littoral girondin.
La gravette et la portugaise ont cohabité jusqu'en 1970 avec une prédilection avérée pour les descendantes de la cargaison du Morlaisien.

Acte 3 - La catastrophe

Source : regard sur la pêche et l’aquaculture
Source : regard sur la pêche et l’aquaculture

Au début des années 70, les ostréiculteurs constatèrent qu'une épizootie décimait les portugaises. De manière fulgurante et irréversible, elles disparurent en 2 ans du Bassin d'Arcachon.

Menace de faillites des ostréiculteurs, risque d'effondrement des filières commerciales obligèrent à réagir et à importer en masse la crassostera gigas, une variété d'huîtres creuses originaire du Japon.

Aujourd'hui, la japonaise est l'unique huître creuse du Bassin. Les descendantes des dernières gravettes sont retournées à l'état sauvage.

Quelques mots et expressions autour des huîtres

Thémistocle, stratège athénien frappé d’ostracisme, 471 avant J-C
Thémistocle, stratège athénien frappé d’ostracisme, 471 avant J-C

Avoir les portugaises ensablées signifie, en référence à la forme des pavillons auditifs qui ressemble à celle de coquille d'huître creuse portugaise, ne rien entendre.

Se refermer comme une huître : ne plus désirer avoir des contacts avec le monde extérieur.

Ostracisme : on retrouve dans ce mot le mot ostrea qui signifiait huître en grec. Lorsque la cité grecque voulait chasser un individu de la cité, les édiles écrivaient son nom sur une coquille d'huître (plus tard sur un tesson de poterie) ; le banni était ainsi frappé d'ostracisme et devait quitter la ville pendant 10 ans.

Huitrier pie
Huitrier pie

L'ostréiculture ou élevage des huîtres est une des branches de la conchyliculture ou élevage des coquillages.

Huitrier pie ou pie de mer : échassier du bord de mer ayant le plumage d'une pie et se nourrissant de coquillages particulièrement de jeunes huîtres.

Article réalisé par Arnaud Filleul.