Intéressement : ce qu'il faut savoir

Par : Philippe Colin - Dernière modification : 27 mai 2013 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |

Pour compléter votre lecture :

interessement

L'intéressement

Une entreprise peut proposer de manière facultative à ses salariés un régime d'intéressement collectif aux résultats et aux performances de l'entreprise.


Qui peut bénéficier de l'intéressement ?

Tout salarié :

  • d'une entreprise proposant un régime d'intéressement ;
  • et remplissant l'éventuelle condition d'ancienneté fixée dans l'accord d'intéressement (il ne peut être exigé plus de 3 mois d'ancienneté).

Critères de l'intéressement

Les modes de l'intéressement

L'accord peut retenir un des modes suivants d'intéressement :

  • un intéressement aux résultats : cette notion se réfère à des indicateurs financiers ou comptables mesurant la rentabilité de l'entreprise tels que, par exemple, le bénéfice fiscal ou comptable ;
  • un intéressement aux performances : les performances de l'entreprise peuvent par exemple se mesurer par l'amélioration de la productivité ou par l'atteinte d'objectifs.


La répartition de l'intéressement entre les salariés

Elle est fixée dans l'accord d'intéressement. Les primes d'intéressement peuvent être identiques pour tout le personnel ou au contraire liées aux salaires ou à la durée de présence dans l'entreprise au cours de l'exercice (l'accord peut combiner ces critères).

A signaler : l'ancienneté et la qualification ainsi que le rendement et la situation familiale ne doivent pas être pris en compte.

Le versement des primes

La périodicité de versement des primes d'intéressement est fixée dans l'accord. En général, il s'agit d'une prime annuelle, parfois semestrielle ou trimestrielle s'il s'agit d'un accord lié à l'accroissement de la productivité.

Le plafonnement des primes

La prime versée à chaque salarié ne peut excéder une somme correspondant à la moitié du plafond annuel de la sécurité sociale (soit 18 186 € pour tout versement au titre de l'exercice de l'année 2011).

Avantages de l'intéressement

L'accord d'intéressement bénéficie d'exonérations sociales et fiscales :

  • les primes d'intéressement ne sont pas considérées comme des salaires. Elles n'entrent donc pas en ligne de compte pour le calcul du Smic, des congés payés, des primes et gratifications, ni des différentes indemnités liées au départ du salarié de l'entreprise ;
  • il est interdit de substituer l'intéressement à tout élément de rémunération. Toutefois, l'intéressement mis en place après la suppression d'un élément de rémunération est permis à condition que la suppression de cet élément ait eu lieu depuis plus de 12 mois avant la mise en place de l'accord d'intéressement ;
  • l'intéressement est exonéré des charges sociales, tant pour l'employeur que pour le salarié.

Attention : les primes d'intéressement sont passibles de l'impôt sur le revenu, de la CSG (7,5%) et de la CRDS (0,5%).

Le licenciement du salarié ne remet pas en cause son droit à la prime. Dans ce cas, comme dans le cas de démission ou de départ en retraite, le salarié perçoit la prime d'intéressement.


Licenciement, congés payés, CV...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x
 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr