Le jaguar, seigneur des jungles amazoniennes

Jaguar mâle adulte
Jaguar mâle adulte
Le jaguar, incarnation de l'élégance et de la puissance félines n'a pas adversaires à sa mesure mais il est menacé par l'avancée de la déforestation.


Le jaguar est un grand félin

Le jaguar, panthera onca est officiellement et scientifiquement du genre panthera. Cette place dans la classification signifie qu'avec le lion panthera leo, le tigre panthera tigris et le léopard (ou panthère) panthera pardus, il fait partie des quatre plus grands félins de la création.
Les félins qui regroupent 18 genres pour 36 espèces sont apparus il y environ 40 millions d'années.

Il existe trois sous familles
Celle des panthéridés, ou grands félins, qui regroupe par ordre de taille les tigres, les lions, les jaguars et les panthères.
Celle des félinés ou petits félins, qui regroupe par ordre de taille les pumas, les lynx, les ocelots et les chats.
Celle des acinonychinés dont l'unique représentant, le guépard a la particularité de ne pas avoir de griffes rétractiles.

On pense que les jaguars ont divergé à partir d'un ancêtre commun à la panthère qui venant d'Asie à un moment où les eaux du détroit de Behring était prises au cours d'une période glaciaire par les glaces.

Description du jaguar

Gros plan sur la fourrure d’un jaguar mettant en évidence les rosettes
Gros plan sur la fourrure d’un jaguar mettant en évidence les rosettes

Les jaguars, bien qu'ils aient le corps trapu et la tête plutôt ronde sont l'incarnation de l'élégance féline.
Ils ont un pelage or pâle et roux souligné de rosettes. Ces animaux, comme d'ailleurs les panthères, ne sont pas ornés de taches mais, même les zoologues emploient le mot, de rosettes. Certains disent même que ces rosettes ressemblent à des fleurs car elles ont une tache ronde en leur partie centrale qui rappelle le dessin d'un pistil.
Ces rosettes sont présentes sur le dos de l'animal, sur les autres parties de son corps se sont de vulgaires taches noires qui contribuent en particulier en tranchant sur les endroits où le pelage est blanc (le ventre et les pattes) à son aspect caractéristique.
Chaque robe est unique. Il n'y a pas deux jaguars qui le même bouquet de rosettes.

Bébé jaguar mélanique (on aperçoit en filigrane l’ébauche des rosettes)
Bébé jaguar mélanique (on aperçoit en filigrane l’ébauche des rosettes)

Et puis ce n'est pas le moindre de ses atouts esthétiques, le jaune doré de ses yeux lui donne un regard d'une profondeur et d'une acuité inoubliable.

Environ 5% des jaguars ont des robes noires. Ces robes dite mélaniques laissent néanmoins parfois apparaitre en filigrane les rosettes.

Taille
Les mâles sont plus grands avec 1,4 m à 1 ,8 m de longueur incluant 60 cm de queue. Les femelles mesurent 1,2 m à 1, 7 m. La hauteur des mâles est au maximum de 75 cm.

Jaguar mâle adulte
Jaguar mâle adulte

Poids
Au nord de l'aire de répartition : 55 kg pour les mâles, 40 kg pour les femelles.
Dans le Pantanal, au Brésil où ils sont les plus gros, 85 kg pour les mâles, 75 kg pour les femelles.
Ces caractéristiques de taille et de poids permettent de les distinguer des ocelots qui leur ressemblent quant à l'aspect de la robe mais qui sont beaucoup plus petits avec un poids maximum d'une moyenne de 11 kg.

Habitat
Les jaguars vivent du niveau de la mer jusqu'à 3 800 m au Costa-Rica.
Il a une prédilection pour les domaines riches en marécages ou les régions boisées proche d'un fleuve ou d'un lac.

Le pécari, une des proies préférées du jaguar
Le pécari, une des proies préférées du jaguar

Alimentation
Le jaguar est un chasseur-affuteur. Il ne poursuit pas ses proies mais les attend, prêt à bondir, souvent dissimulé à proximité d'un point d'eau.

Ses proies sont variées, elles vont des plus grosses comme les tapirs, les capibaras, au moins importantes comme les pécaris, les tatous et très souvent les tortues.

Il défie avec succès d'autres carnivores comme les ocelots et même les pumas.

Dans les régions d'élevage il s'attaque au bétail. Ce qui lui vaut d'être trop efficacement détruit par des campagnes de destructions avec des appâts empoisonnés.

La vie sociale des jaguars

Mère jaguar et son petit
Mère jaguar et son petit

Le jaguar est avant tout un animal solitaire. Il a cependant à sa disposition toute une gamme de sons pour communiquer. Le plus couramment émis est une longue séries d'appels profonds et rapides. Il a également dans son répertoire gamme de miaulements. Pour menacer le jaguar gronde.

Reproduction
La femelle aménage une tanière dans une caverne ou dans des rochers.

Elle est gestante pendant 90 à 110 jours.

Les petits qui ne pèsent qu'un centième de leur poids adulte ne font que 800 gr. Ces chatons souvent au nombre de quatre sont couverts d'une épaisse fourrure qui laisse difficilement apparaître les points noirs de forme rondes qui deviendront les rosettes.

Les petits ne seront pas émancipés avant 2 ans et atteindront leur maturité sexuelle à 4 ans pour les mâles et à 3 ans pour les femelles.

La longévité est d'un peu plus de 10 ans dans la nature. Un jaguar est mort à 22 ans en captivité.

Gravure représentant un combat entre un jaguar et un anaconda
Gravure représentant un combat entre un jaguar et un anaconda

Prédateurs
A l'état adulte il n'a, mis à part les anacondas, pas de prédateurs.

Aire de répartition des jaguars
Aire de répartition des jaguars

Répartition
Les jaguars ne vivent que sur le continent américain.

L'étude des fossiles montrent qu'il y a des centaines de milliers d'années un jaguar de grande taille vivait sur presque tout le territoire des États-Unis actuels.

Le noyau de population la plus dense est le bassin de l'Amazonie. Mais il est encore plus ou moins présent du Mexique jusqu'au Paraguay.

Il a été définitivement exterminé en Uruguay il y a plus d'un siècle.

L’avenir des populations

Le jaguar est inscrit sur la liste 1 de la CITES, ce qui en interdit le commerce international. Les législations locales en interdisent presque toutes la chasse

Cette chasse maintenant interdite continue illégalement. Les braconniers attirent les jaguars en imitant leurs cris en soufflant dans des calebasses.

Ils utilisent aussi la technique en cours dans les deux Amériques pour chasser le puma. Des chiens même de petite taille, provoquent chez lui une peur telle qu'il se réfugie dans en arbre où les chasseurs guidés par les abois parviennent facilement à le localiser et n'ont ensuite aucun mal à le tirer.

La disparition de l'engouement pour sa fourrure lui laisse maintenant quelque répit mais la principale menace, est comme pour l'ensemble de la biodiversité, la raréfaction des milieux favorables due, en particulier, à la pression humaine et à la déforestation.

Article réalisé par Jean-Pierre Fleury.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".