Jardins familiaux et associatifs

Par : Virgine Roussel - Dernière modification : 2 juin 2014 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami

Pour compléter votre lecture :

  • Tous nos articles sur les jardins familiaux
jardins familiaux jardins partages

Jardins familiaux et jardins partagés

Si vous n'avez pas de jardin, vous pouvez obtenir une petite parcelle de terre ou cultiver en collectivité. C'est le principe des jardins partagés ou familiaux. Ils sont de plus en plus prisés aux abords des grandes villes.


Culture de proximité

Les jardins collectifs ou associatifs sont des espaces verts communs destinés au jardinage. Ils se situent le plus souvent en ville ou à proximité.

Ils permettent aux citoyens, ne possédant pas de jardin, de pouvoir cultiver des légumes, des fruits, des fleurs ou des plantes. Ces derniers peuvent même ensuite récolter leur production et la consommer. En revanche, la production est destinée à un usage personnel et interdit donc tout usage commercial.

Tous ces jardins partagent des ambitions communes, telles que :

  • créer du lien social entre les citoyens ;
  • promouvoir la production et la consommation de produits frais (voire biologiques) ;
  • améliorer le cadre de vie d'un quartier ;
  • la transmission entre générations ;
  • voire, la réinsertion sociale.

Les jardins familiaux

Il existe différents types de fonctionnement. Les jardins familiaux sont divisés en parcelles individuelles. Chacun des jardiniers dispose d'un bout de terrain où cultiver ses propres produits.

Bien que plus individuel que le jardin partagé, le fonctionnement de ces jardins repose sur des valeurs d'entraide et de solidarité.

La vie des jardins est généralement ponctuée de festivités et d'échanges. Et vous vous engagez tacitement à respecter les autres jardiniers, le voisinage et la collectivité.

Sachez que les places sont rares et il faut généralement patienter sur une longue liste d'attente avant d'en bénéficier.

A noter : les jardins familiaux étaient autrefois appelés "jardins ouvriers".

Les jardins partagés

Les jardins partagés sont, eux, des lieux où vous cultivez en commun avec d'autres jardiniers en herbe. Vous ne disposez pas d'une parcelle individuelle, mais cultivez en commun.

Vous devez donc :

  • participer aux frais de fonctionnement (jardinier, location du terrain, etc.) ;
  • fournir une durée de travail hebdomadaire ou mensuelle (en fonction du jardin).

Jardins familiaux et partagés : comment en bénéficier ?

Ces jardins sont souvent issus d'une initiative citoyenne ou associative. Ils peuvent donc être gérés ou cogérés par :

  • la municipalité ;
  • un collectif d'habitants d'un quartier ou d'un département ;
  • des associations.


Vous pouvez obtenir une parcelle ou une place en :

  • faisant une demande à la municipalité pour les jardins mis à disposition par la Mairie ;
  • adhérant si le jardin est la propriété d'une association (frais d'adhésion comprenant l'accès aux jardins, une assurance et l'entretien global du jardin).


Notez toutefois que les jardins sont généralement accessibles :

  • aux habitants de la commune en priorité (sauf exception) ;
  • sous certaines conditions (horaires et jours d'ouverture notamment, respect du voisinage, etc.) ;
  • pour une durée limitée.



N'hésiter pas à consulter ces sites pour tout renseignement complémentaire :

 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr