L'histoire du Père Noël

Article mis à jour le 
Histoire du Père Noël
Histoire du Père Noël
On pense tout savoir de lui : il porte une longue barbe blanche, un costume rouge et distribue des cadeaux aux enfants le soir de Noël. Pourtant, on ne sait finalement pas grand-chose. De surcroît : de mémoire d'homme, on ne l’a jamais vu. Mais qui est vraiment le Père Noël ? 


Portrait-robot du Père Noël

Au XXème siècle en Occident, on s’accorde sur ses caractéristiques physiques : une longue barbe blanche, un costume rouge et blanc parfois serti d’une ceinture à boucle autour d’une bedaine épicurienne. Il serait à la tête d’une usine de fabrication de jouets, exploiterait 364 jours par an un groupe de lutins non syndiqués et un troupeau de rennes supersoniques.  Sa fonction ?  Parcourir le globe en une seule nuit sur son traineau pour distribuer des jouets aux enfants et répandre la joie dans le monde. L’industrie cinématographique revisitant le conte populaire de Robert L. May nous a fait intégrer que l’un de ses rennes s’appellerait Rudolph et que son nez rouge permettrait au convoi d’avancer sereinement dans la nuit. C’est aujourd’hui l’image universellement admise du Père Noël. Et pourtant, d’Europe en Amérique du Nord, elle n’a pas toujours été la même. 

Le sorcier et le dieu nordique

Selon les ethnologues, le Père Noël aurait 10 000 ans. Bien entendu, on ne parle pas du bonhomme joufflu en costume rouge, mais d’une sorte de sorcier incarnant l’Esprit de la nature célébré chez les peuplades indo-européennes. Ses représentations sont multiples, mais la plupart du temps il prend la forme d’un personnage masqué, cornu et enveloppé de peaux de bêtes. Ce sorcier intervenait comme intermédiaire entre les chasseurs et l’Esprit de la forêt. Dans la mythologie nordique, le dieu Odin était célébré chez les peuples du Nord de l’Europe dans l’espoir d’assurer le retour du soleil après les longs hivers. Des sapins illuminés de torches étaient plantés devant les maisons. 

Le bon Saint-Nicolas

Dans l’Europe germanique du Moyen-Âge, on célèbre un évêque du IIIème siècle paré de nombreuses vertus. Saint-Nicolas aurait, par sa générosité, réalisé des miracles. On raconte qu’il aurait ressuscité des enfants assassinés par un boucher. Saint-Nicolas devient le protecteur des enfants et on célèbre sa mort, le 6 décembre.  On raconte qu’il descend du ciel dans la nuit du 5 au 6 décembre pour se glisser dans les cheminées et distribuer des cadeaux et friandises aux enfants sages. Son pendant maléfique, le Père Fouettard, est chargé de corriger les vilains enfants.  On fête Saint-Nicolas en Europe du Nord, Centrale et de l’Est. Les immigrants hollandais s’installant aux Etats-Unis au XIXème siècle exportent la tradition de Sinterclaes, qui deviendra Santa-Claus. En 1823, le poème A visit from St Nicholas, devenu The Night Before Christmas, pose la première pierre du mythe du Père Noël. Il raconte la visite d’un lutin joufflu et jovial descendu du ciel sur un traîneau tiré par huit rennes dans la nuit du 24 au 25 décembre pour distribuer des cadeaux aux enfants. 

Le Santa-Claus américain

Au XIXème siècle, les représentations de Santa-Claus varient au gré des illustrations et des histoires. En 1885, on affirme qu’au lieu de descendre du ciel, il viendrait du Pôle Nord, où se trouve sa fameuse usine à jouets. Ces représentations successives forgent l’imaginaire collectif américain et entérinent la tradition de distribution de cadeaux à Noël. Parallèlement en Europe, la tradition de Saint-Nicolas est toujours importante dans les pays germaniques et dans l’est de la France. Au Royaume-Uni, la publication de Un conte de Noël, de Charles Dickens, porte l'emphase sur les valeurs qui animent les célébrations de Noël (générosité, rédemption). A la fin de la Seconde guerre mondiale, les foyers européens succombent à l’aura du Père Noël américain et au faste des célébrations de Noël. 

Le Père Noël Coca-Cola

Le Père Noël tel que nous pensons le connaitre nait en 1931, du coup de crayon de l’illustrateur Haddon Sundblom. Missionné par la marque de soda Coca-Cola qui souhaite trouver un moyen de vendre ses boissons fraiches en hiver, Sundblom doit lui trouver une mascotte. Il s’inspire des représentations de Santa-Claus dans la presse figurant un bonhomme vêtu de rouge et de blanc. Ça tombe bien, ce sont les deux couleurs de la marque. L’illustrateur le pare d’une expression joviale et d’une bedaine hédoniste et le tour est joué. Le Père Noël devient la mascotte de Coca-Cola, le symbole des célébrations de Noël et son portrait s’impose partout dans le monde.

Bonus : la véritable histoire du Père Noël avec cette vidéo Pratiks !

IFrame

Retrouvez d'autres tutoriels utiles sur la chaîne YouTube de Pratiks !

Cet article a recueilli 3 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".