Lamantins, dugongs et... sirènes

Une mère lamantin avec son petit
Une mère lamantin avec son petit
Ces gros animaux à l'allure pataude et au comportement débonnaire sont parmi les mammifères aquatiques les plus étonnants.


Peu d’espèces actuelles

Ces gros animaux débonnaires ne sont plus représentés que par 4 espèces : 3 espèces de lamantins (genre Trichechus) et le dugong (Dugong dugon). De nombreuses formes fossiles sont pourtant connues mais la vulnérabilité de ces animaux a sans doute contribué à leur faible biodiversité actuelle.

L'homme a d'ailleurs exploité sans scrupules l'absence d'agressivité et la nonchalance de leurs mouvements en exterminant en exactement 27 ans (de 1741 à 1768) le plus gros représentant du groupe, la rhytine.

Bien que protégé, les siréniens actuels sont toujours chassés pour leur chair savoureuse et sont menacés de disparition. La destruction de leur habitat est une menace tout aussi importante pour ces animaux extrêmement spécialisés et incapables de coloniser de nouveaux milieux.

De gros herbivores

Le lamantin est capable de plonger jusqu'à 10 mètres
Le lamantin est capable de plonger jusqu'à 10 mètres
Les siréniens sont de gros animaux à l'allure pataude, leurs gestes lents n'empêchant pas leur comportement d'être particulièrement intéressant.
Ce sont de mammifères adaptés à la vie aquatique, ils ne sortent jamais de l'eau, leur corps spécialisé ne permettant pas l'accès à la terre ferme.
Herbivores, ils passent l'essentiel de leur temps à se nourrir des plantes aquatiques, à des profondeurs de 1 à 10 mètres.

Plus éléphants que baleines
Leurs membres postérieurs ont disparus et les membres antérieurs sont transformés en palettes natatoires, comme chez les cétacés. Les deux groupes ne sont pourtant pas apparentés, Siréniens et cétacés ayant acquis leurs caractères de façon indépendante, ce phénomène évolutif se nomme convergence. Le mode de plongée est d'ailleurs différent. Les siréniens ne plongent pas activement mais se laissent descendre vers le fond en régulant l'oxygène de leurs poumons. Ce mode de plongée est également facilité par l'inhabituelle faiblesse de la densité des os du squelette post-crânien, en particulier les côtes.

Les yeux sont petits
Les yeux sont petits
L'épaisse couche de graisse donne à leur corps un aspect dodu, également renforcé par l'absence de poils chez les adultes. Enfin, la tête est curieuse avec ses petits yeux et sa large lèvre supérieure formant deux replis latéraux plutôt inélégants. Des poils tactiles du museau, assez épais, leur permettent de se repérer dans les eaux souvent boueuses qu'ils affectionnent.

Des parents des éléphants
Leurs relations de parenté ne sont pas moins étonnantes : aucunement apparentés aux autres mammifères marins, les siréniens sont de proches parents des éléphants. Cette parenté est prise en compte dans l'établissement de la classification, éléphants et siréniens sont rassemblés dans le groupe des Téthythériens, caractérisé par un coeur possédant une extrémité postérieure bifide et des orbites positionnées antérieurement. Cette parenté inattendue s'explique par un retour à la vie marine des siréniens survenu relativement récemment (environ 40 millions d'années). Espérons que les moeurs attendrissantes des siréniens et l'intérêt de leur évolution incitera à produire davantage de mesures de protections. Ce serait une mauvaise idée de répéter l'erreur de la rhytine de Steller.

Les lamantins et le dugong

1-Dugong 2-Lamantin
1-Dugong 2-Lamantin
Lamantins et dugong présentent une morphologie assez similaire, le moyen le plus immédiat de les différencier est de remarquer la queue bilobée du dugong, ressemblant à celle d'un cétacé, alors que celle des lamantins est arrondie.

Il existe d'autres caractères anatomiques permettant la distinction, notamment la présence de certains os crâniens et la formule dentaire, les lamantins n'ayant, à l'état adulte, ni canines ni incisives. Enfin, le dugong ne présente pas d'ongles et sa lèvre supérieure est moins échancrée que celle des lamantins.
Lamantin
Lamantin
Les lamantins
Les lamantins peuvent atteindre un maximum de 4 mètres pour un poids d'une tonne, certains spécimens sont particulièrement imposants. Leur grande taille, la proximité de la surface, leurs mouvements lents sont autant de facteurs augmentant les risques d'accidents et la mortalité des lamantins suite à de telles rencontres est loin d'être négligeable. Ces animaux sont d'ailleurs souvent victimes de collision avec les bateaux.
Un petit groupe de lamantins
Un petit groupe de lamantins
Les lamantins habitent les zones lacustres et côtières, on les rencontre dans le Sud-Est des Etats-Unis, l'Ouest de l'Afrique, l'Afrique du Sud et les bassins de l'Amazone et de l'Orinoco. Ce sont d'excellents nageurs, capables de rester dans l'eau 15 minutes. Si les lamantins se rencontrent parfois seuls ou en petits groupes, il leur arrive de former de grands regroupements, jusqu'à 200 individus.

Etymologie
Le mot lamantin vient de l'association d'un mot caraïbe manati et du verbe lamenter.
Les lamantins se "lamentent" et leurs cris étaient confondus par les marins avec les appels amoureux et prometteurs des sirènes.
Dugong
Dugong
Le dugong
L'unique espèce de dugong adopte une aire de répartition assez large incluant les milieux côtiers de l'Est de l'Afrique, la mer rouge, une bonne partie de l'Asie et l'Australie. Un dugong adulte peut atteindre 3,50 pour 400 kilogrammes. Les dugongs ne peuvent rester aussi longtemps sous l'eau que les lamantins, il leur arrive d'ailleurs de faire une collecte de plantes sur le fond puis d'aller les consommer en eau calme, en surface. En avançant sur le fond, ils s'appuient sur leurs membres antérieurs, laissant des marques parallèles caractéristiques. Les dugongs forment le plus souvent des petits groupes comprenant 3 à 6 individus.
Le dugong a le triste privilège d'être considéré comme étant le mammifère marin le plus menacé.

Étymologie
Dugong vient du mot malais duyung qui signifie dame de la mer.

Des animaux débonnaires

Les siréniens sont, sur bien des points, des animaux touchants. Ce ne pas seulement leur vulnérabilité qui peut nous donner un oeil bienveillant, c'est aussi leurs comportements très affectueux. L'agressivité est pratiquement inexistante chez ces animaux. Même les mâles intéressés par la même femelle n'ont jamais été vus en train de se battre.

Le couple est très uni, les contacts entre les deux partenaires se prolongeant hors de la période de reproduction, notamment par des caresses régulières. Très attaché à leur petit, les femelles l'allaitent sur une durée de 18 mois. On voit alors le petit sur le dos de la femelle ou bien, plus étonnant, dans ses bras.

Les lamantins sont ils des sirènes ?
Certains ont suggéré que de tels comportements, comparables à ceux des humains, et l'allure du corps, avec des membres antérieurs mais pas de postérieurs, aient engendré le mythe des sirènes. Lamantins et dugons étant les animaux ressemblant le plus à ces créatures sorties de l'imagination humaine, au corps de poisson et torse d'humain. Concluons en disant que ces animaux sont très sociables, les familles restant groupées et formant parfois des rassemblements plus grands avec d'autres familles.

Carte d’identité des lamantins

Ordre : Siréniens
Famille Trichechidae
Genre :Trichechus
Espèces : Trichecusinunguis, Trichecusmanatus, Trichecussenegalensis

Carte d’identité des dugongs

Ordre : Sireniens
Famille : dugongidés
Espèce: Dugong

Article réalisé par Arnaud Filleul et Jean-Pierre Fleury.

Cet article a recueilli 8 avis. 88% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".