Neige et verglas : quelles chaussures adopter ?

Article mis à jour le 
Marcher dans la neige demande plus d'effort que d'ordinaire : éviter les glissades, soulever le pied plus haut ou encore lutter contre le froid et l'humidité. Êtes-vous sûr d'être bien préparé pour affronter votre traversée de la ville ? Voici quelques conseils sur votre choix de chaussures.


Des chaussures adaptées pour limiter les risques 

Vos vacances sont loin mais vos souvenirs des pistes de ski encore frais ? N'hésitez plus et sortez les moon boots ou toutes autres chaussures de neige. Elles sont bien évidemment parfaites pour progresser dans la neige et le verglas. Prudence cependant car les trottoirs cachent parfois des obstacles que l'on ne rencontre pas à la montagne (plaques d'égouts, etc.).

Des semelles qui adhèrent

Les semelles en bois et de manière générale les semelles lisses sont bien évidemment à éviter. Les semelles en caoutchouc exposent moins aux risques de chutes. C'est l'occasion de ressortir vos vieilles baskets bien qu'elles protègent généralement mal de l'humidité et que vous risquez donc d'avoir rapidement froid aux pieds.

Les chaussures de randonnée adhèrent bien et protègent mieux du froid. Il en existe désormais des modèles à des prix tout à fait abordables. Pour encore plus d'adhérence, vous pouvez vous procurer des semelles anti-glisse comme les professionnels. La semelle se présente sous la forme d'un filet anti dérapant qui s'adapte à chaque chaussure. Vous en trouverez à partir de 20 €.


L'astuce de grand-mère est d'enfiler un élastique autour de votre pied ou encore une grosse chaussette pour obtenir quasiment le même effet.
 

L'important c'est le maintien

Les chaussures à lacets tiennent bien au pied mais attention justement à ne pas trop les serrer ! Des lacets trop serrés peuvent provoquer des douleurs et des tendinites. Attachez-les bien pour ne pas vous prendre les pieds dedans et avoir à les refaire avec vos gants fourrés.
Il est préférable de choisir des modèles de chaussures qui maintiennent la cheville. La marche sera d'autant plus confortable si vos chaussures sont fourrées. Les bottes de pluie en plastique ne sont donc pas nécessairement la meilleure solution.


 

Juste une question de look

Pour les fashionistas qui tiennent à soigner leur look qu'il vente ou qu'il neige, l'escarpin se révèle être un très mauvais choix par temps neigeux. Même les talons les plus aiguisés ne pourront pas s'accrocher dans les plaques de verglas. Vos meilleurs atouts resteront les bottes plates ou les bottines en cuir avec un talon de 2 cm maximum. Elles s'accorderont parfaitement avec vos jupes et robes et vous permettront de rester féminine sur le trajet. Et puis rien ne vous empêche d'enfiler votre paire de stilettos une fois les portes du bureau franchies.
 

Moins dure sera la chute

Remémorez-vous la fable de La Fontaine "Le Lièvre et la tortue". Pour éviter les mauvaises chutes, ne vous précipitez pas. Faites des petits pas et n'hésitez pas à y mettre tout votre poids. En cas de verglas, vous pouvez également privilégier une démarche "en pingouin" avec les pieds légèrement écartés et en soulevant très peu les pieds, comme si vous faisiez du patin à glace.
Bien entendu, évitez au maximum d'emprunter les rues en pente et préférez les chemins dégagés ou salés. Évitez de marcher sur la route car les automobilistes peuvent avoir des difficultés à maitriser leurs véhicules.
Veillez également à avoir les mains libres (et non dans les poches) pour pouvoir vous rattraper en cas de déséquilibre.
Si malgré tout, vous sentez la chute arriver, pensez à protéger votre tête et votre dos en priorité.



Pour faciliter le périple des piétons, déneigez devant chez vous avec du gros sel ou une pelle à neige. Même si les obligations varient selon les municipalités, le déneigement est généralement à la charge des riverains et des commerçants. Chacun doit dégager le trottoir sur toute la longueur de la façade et jusqu'au caniveau afin de faciliter l'écoulement des eaux. En cas de chute d'un piéton devant votre maison, c'est votre responsabilité civile qui est en cause.