Ouvrir un compte bancaire à son enfant

Ouvrir un compte à son enfant
Ouvrir un compte à son enfant
L’ouverture d’un compte bancaire à son enfant permet de réaliser différents types de projets : du dépôt de ses premières économies à la préparation de son avenir, de nombreuses formules s’offrent à vous.


Constituer une épargne

Petit malin, Zébulon, Premier pas, Snoopy…le principe du livret A (ou bleu) ne change pas d’une banque à l’autre. Non imposable, il permet de déposer les chèques d’anniversaire et d’accueillir des versements en toute liberté, sous réserve d’un plafond généralement établi à 1 600 euros, hors capitalisation des intérêts. 

L’ouverture du compte est possible à partir d’une somme allant de 1,50 euros à 10 euros, selon les enseignes, et il est rémunéré par un taux défini deux fois par an. Il est actuellement de 1,75% (en 2012 : de 2,25%).
 
Le livret reste la propriété des parents - ou de la personne qui en a demandé l’ouverture - jusqu’à la majorité de l’enfant.

Les autres possibilités de placement

Assurance vie, PEL, CEL peuvent être souscrits par vos soins pour vos enfants. Ces produits vous permettent de préparer leur avenir en constituant un placement à votre rythme, jusqu’à leur majorité.

 
Les clients de la Banque postale peuvent également ouvrir un compte épargne à versement régulier, alimenté à partir de leurs propres produits.
 
Quant au Capital Koala, il permet de constituer un capital jusqu’à la majorité de l’enfant à partir d’achats effectués en ligne chez les 1 000 commerçants partenaires de l’offre.

La première carte de retrait

Votre enfant peut bénéficier dès l'âge de 12 ans d’un livret jeune dont le taux d’intérêt est fixé par la banque - au moins égal à celui du livret A. Ce produit est plafonné à 1600 euros.

L’enfant peut alors disposer d’une carte de retrait et l’utiliser sous réserve d’un solde créditeur. Certaines agences permettent aux parents de fixer le montant maximum des retraits ainsi que leur fréquence.
 
A partir de 16 ans, le jeune peut disposer d’un compte courant et d’un chéquier en accord et sous caution parentale. Afin d’éviter les incidents, certaines banques proposent des cartes de paiement dont l’utilisation est soumise à l’autorisation des parents et dans la limite de la somme disponible sur le compte.