Passer sa retraite à l'étranger

Article mis à jour le 
Pour bien des Français, passer sa retraite à l'étranger est un rêve
Pour bien des Français, passer sa retraite à l'étranger est un rêve
Selon le ministère des Affaires étrangères, 250 000 Français de plus de 65 ans partent s'installer chaque année à l'étranger pour y passer leur retraite. La perspective d'y trouver un climat agréable et de bénéficier d’un pouvoir d’achat plus élevé aident à sauter le pas. Les expatriés appartiennent à toutes les couches sociales : les plus fortunés espèrent profiter d'un régime fiscal favorable, tandis que les plus modestes souhaitent pouvoir se loger à moindre coût. Toutefois, un certain nombre de démarches est à accomplir avant de partir, pour pouvoir bénéficier de sa pension de retraite et d'une couverture sociale.


Respecter les formalités

Vous avez déjà décidé du pays dans lequel vous souhaitez passer vos vieux jours ? Il est indispensable de mettre vos comptes bancaires à jour et de consulter un notaire si vous avez des biens.

  • Votre banque doit être informée de votre futur statut d'expatrié et faire le point sur votre épargne. Elle peut aussi vous aider à ouvrir un compte à l'étranger.

  • Un rendez-vous avec un notaire est nécessaire pour gérer votre patrimoine et pour assurer votre succession.

  • Les impôts doivent être prévenus de votre changement de résidence par lettre recommandée avec accusé de réception.

  • Enfin, votre caisse de retraite doit vous fournir un formulaire qui vous permettra de percevoir votre retraite à l'étranger et de bénéficier de vos droits d'assurance-maladie en Europe ou dans un pays signataire d'une convention avec la France.

     

Percevoir sa pension de retraite

Vous vous interrogez sur les conditions de versement de votre pension de retraite hors de France ?

A l'étranger, votre pension n’est plus soumise aux contributions sociales. Son montant net est donc plus élevé qu’en France. Vous pouvez aussi bénéficier d'une exonération d’impôt sur le revenu en France, sauf si une convention fiscale a été signée avec le pays hôte. Dans ce cas, les pensions sont imposables dans le pays d'accueil. Toutefois, pour percevoir votre retraite vous devez fournir chaque année un certificat de vie complété par l’autorité en charge de l’état civil de votre pays d'accueil. Attention, l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) et l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI) ne sont dispensées qu'aux résidents français.

Le remboursement des frais de santé

Disposer d'une couverture sociale performante est indispensable avant de partir. Afin d'obtenir le remboursement de vos soins, vous devez déposer une demande d’attestation de droit aux soins de santé auprès de l’organisme de Sécurité sociale de votre pays de résidence. Elle vous sera accordée sous réserve de :

  • bénéficier d’une retraite du régime général ;

  • habiter dans l’Union européenne ou dans un pays qui dispose d'une convention de santé signée avec la France ;

  • ne pas percevoir de retraite de votre pays d'accueil.

 

Les conditions de remboursement sont donc très différentes d'un pays à l'autre. Pour bénéficier de la même protection qu'en France, il vous sera peut être nécessaire d'adhérer à des caisses privées, parfois très onéreuses. Bien évidement, il est toujours de possible de retourner en France pour vous faire soigner.

Cet article a recueilli 7 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".