Quel que soit son type, la viande rouge est dangereuse pour la santé

Article mis à jour le 
N'en déplaise aux inconditionnels de viande rouge, une nouvelle étude publiée par la Harvard School of Public Health souligne que manger n'importe quel type de viande rouge a pour effet d'augmenter significativement le risque de mort prématurée.


La viande rouge, un danger pour la santé ?

D'après une enquête révélée par le Los Angeles Times, la viande rouge serait mauvaise pour la santé. Contrairement à l'hypothèse de départ de l'équipe de recherche de la Harvard School of Public Health, la viande transformée n'est pas la seule fautive – celle non transformée augmentant considérablement le risque de problèmes de santé. Comme le rapporte le LA Times, les sujets de l'étude mangeant chaque jour un steak de 85 grammes (soit la taille d'un paquet de cartes) ont vu leur  chance de mourir augmenter de 13 % tandis que ceux se nourrissant de viande transformée (hot dog, tranches de bacon, etc.) ont fait grimper ce risque de 20 %.

Préférer le poisson à la viande

Ce n'est pas la première fois qu'une recherche met en évidence la responsabilité de la viande dans le cancer, le diabète ou encore les maladies cardio-vasculaires. Mais comme l'a fait remarquer CNN, cette étude, qui a suivi quelques 110 000 adultes sur 20 ans, serait la première à montrer que se passer de viande pour toujours pourrait rallonger l'espérance de vie. Ainsi, manger une portion de noix à la place du bœuf ou du porc aurait fait baisser le risque de mourir de 19 % au cours de l'étude. De même, d'après les chercheurs, le poulet et les céréales complètes feraient chuter ce risque de 14 %, les produits laitiers allégés et les légumes de 10 %, le poisson de 7 %.

Si quelques chercheurs ont tenté de remettre en question l'étude en pointant notamment les modalités de récolte des questionnaires alimentaires, les chercheurs d'Harvard ont maintenu leurs conclusions en réaffirmant que la viande rouge ne pouvait être bonne pour la santé, et ce quelle que soit sa quantité ou son type. Ainsi, si vraiment certains ne peuvent s'en passer, il est dans ce cas conseillé de privilégier la viande non transformée et de limiter la consommation à deux ou trois portions maximum par semaine.

Le régime végétarien, pas seulement un bienfait pour la santé humaine

Dans l'éditorial accompagnant l'étude, Dean Ornish, un défenseur des régimes végétariens, rappelle qu'un régime à base de plantes ne serait pas seulement un bienfait pour la santé humaine, mais permettrait également de faire baisser les dépenses de santé, de réduire l'industrie de bétail, l'émission de gaz à effet de serre (GES) et de ralentir la destruction des forêts.

Sources : JAMA Network, LA Times