Ravalement de façade : aide au choix (budget, types, infos)

Ravalement de façade : aide au choix (budget, types, infos) © Official U.S. Navy Imagery / Flickr
Ravalement de façade : aide au choix (budget, types, infos) © Official U.S. Navy Imagery / Flickr
La façade de votre maison doit faire l’objet de toutes vos attentions. Outre le préjudice esthétique qu’une façade mal entretenue fait subir à une habitation, d’autres problèmes plus graves peuvent survenir si rien n’est fait. En quoi consiste un ravalement de façade ? Quand et comment intervenir ? Pratique.fr vous dit tout.


Ravalement de façade : en quoi ça consiste ?

Juridiquement parlant, ravaler une façade a pour but de "restaurer son état d’origine en vue d’assurer la sauvegarde de l’immeuble". Par "façade", on entend bien sûr les murs mais aussi la zinguerie, les menuiseries, les huisseries, les ferronneries, les ferrures, les métalleries…

En fonction de l’état dans lequel se trouve la façade d’un bâtiment, les travaux de ravalement peuvent aller de la simple rénovation (réparer les éventuelles microfissures, éliminer mousses et lichens, etc.) à la restauration (le parement et le bardage en bois sont détériorés et doivent être remplacés) en passant par le ravalement proprement dit (colmatage de fissures importantes, intervention sur des joints dégradés, traitement hydrofuge ou antifongique en cas de formation d’efflorescence…).
 
Outre le diagnostic de la façade, c’est aussi sa composition qui dictera le type de technique qui sera mise en œuvre (gommage, hydrogommage, sablage, peeling, ponçage, nébulisation, nettoyage chimique ou haute pression). En effet, brique, béton, pierre, bois ou encore enduit doivent être traités avec des techniques et des produits adaptés.

Dans la plupart des cas, un ravalement de façade consistera à :

  • préparer la façade, notamment en protégeant tout ce qui pourrait être endommagé au cours de l’opération ;
  • nettoyer la façade des salissures et autres traces de pollution à l’aide d’un nettoyeur moyenne pression ;
  • réparer les éventuelles fissures et colmater les joints ;
  • appliquer un produit destiné à prévenir l’apparition (ou la récidive) des mousses et des lichens ;
  • éventuellement réaliser un enduit ou une maçonnerie ;
  • s’attaquer à la finition en appliquant un produit hydrofuge afin de protéger la façade contre l’humidité ;
  • appliquer une peinture spéciale, un enduit (lui-même parfois recouvert de peinture) ou un crépi.

Attention, l’intervention d’un spécialiste est plus que souhaitée. En effet, lui seul dispose des compétences nécessaires pour établir un diagnostic de votre façade et proposer un ravalement qui soit adapté non seulement à son état mais aussi à celui de vos finances…

Le ravalement de façade est-il obligatoire ?

Conformément aux articles L.132-1 à L.132-5 du Code de la construction et de l’habitation, "le propriétaire d’un bien immobilier est tenu à veiller au bon état (…) de sa façade et des accessoires apparents de son bien".

Le plus souvent, c’est la municipalité elle-même qui enjoint, par arrêté municipal, les propriétaires à procéder aux travaux de ravalement de leur façade. À Paris, une façade doit être ravalée tous les dix ans.

Un propriétaire qui omettrait ou refuserait de se soumettre à l’obligation de ravaler sa façade s’exposerait à une amende de 3 750 euros.

Formalités administratives à accomplir

Suite au décret du 27 février 2014 relatif à certaines corrections à apporter au régime des autorisations d’urbanisme, les travaux ayant pour objet de restaurer l’état d’origine d’une façade sont qualifiés de travaux de ravalement "simples" et peuvent, sous conditions, être dispensés de toute formalité.

Doivent toujours faire l’objet d’une déclaration préalable de travaux les ravalements :

  • réalisés dans un secteur sauvegardé ou une zone de protection du patrimoine naturel ;
  • effectués dans un site inscrit, classé ou en cours de classement ;
  • ayant lieu dans une réserve naturelle ou un parc national ;
  • portant sur un immeuble protégé car identifié comme tel par un Plan Local d’Urbanisme (PLU) ;
  • se tenant dans une commune dont le conseil municipal a décidé d’assujettir les travaux de ravalement à l’obtention d’une autorisation.

Un permis de construire n’est plus exigé que pour les travaux de ravalement qui auraient pour effet d’altérer l’aspect d’origine du bâtiment et d’en modifier l’apparence extérieure.

Combien coûte un ravalement de façade ?

Il est très difficile d’estimer le coût de travaux de ravalement de façon précise dans la mesure où le montant de la facture tiendra compte d’éléments tels que la complexité du chantier, les dimensions la façade, la technique utilisée, etc.

Pour autant, l’enveloppe moyenne semble se situer autour de 30 € / m². 

Faites appel à un professionnel pour la réalisation du ravalement de votre façade

Au vu de l’expertise requise pour ravaler une façade dans les règles de l’art et mettre en œuvre correctement la technique choisie, nous ne saurions trop vous enjoindre de recourir aux services d’un professionnel. En croyant bien faire, vous pourriez endommager votre façade, voire vous mettre en danger.

Sachez également qu’il existe des aides financières mises à disposition des propriétaires. Outre la possibilité de profiter, sous conditions, d’une TVA à 5,5% ou de bénéficier d’un crédit d’impôt développement durable si le ravalement de façade s’accompagne de travaux d’isolation, des aides peuvent être demandées auprès des municipalités ou de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat).

Ravalement de façade : qui règle la note ?

C’est au propriétaire de la maison individuelle dont la façade fait l’objet d’un ravalement de payer l’addition. Dans le cas d’une copropriété, le coût du ravalement des parties communes sera réparti entre tous les copropriétaires.