Journée d'appel de préparation à la défense (JAPD)

La réforme du service national
La réforme du service national
Depuis 1998, chaque jeune est convoqué pour réaliser une journée défense et citoyenneté (anciennement journée d'appel à la préparation à la défense). L'engagement dans l'armée reste possible dans le cas de période de volontariat militaire ou civil.


Journée d’appel de préparation à la défense : qui est concerné ?

La journée d'appel de préparation à la défense est obligatoire et concerne :

  • les jeunes hommes nés après le 31/12/78 ;
  • les jeunes filles nées après le 31/12/82.


Ne sont pas soumis à cet appel, les jeunes ayant une maladie invalidante, une infirmité ou un handicap les rendant inaptes à y participer.

Les jeunes qui n'ont pas décliné ou répudié la nationalité française sont soumis également à l'appel de préparation à la défense.

A noter : tout salarié ou apprenti, de 16 à 25 ans, qui doit participer à cet appel bénéficie d'une autorisation d'absence exceptionnelle d'une journée, qui est assimilée à une période de travail effectif, payée et comptabilisée pour le calcul des congés payés.

Les Français qui n'ont pu participer à l'appel de préparation à la défense avant leur 18e anniversaire peuvent demander à régulariser leur situation jusqu'à l'âge de 25 ans.

Durée et date de l'appel

Cet appel d'une journée doit se faire entre la date de recensement et leur 18e anniversaire.
Les jeunes pourront choisir parmi 3 dates proposées au moins, celle qui leur convient pour participer à cet appel.

En quoi consiste cette journée d’appel ?

Elle permet aux jeunes de se familiariser avec :

  • l'organisation de la défense nationale ;
  • les moyens civils et militaires mis en œuvre ;
  • les formes de volontariat ;
  • les préparations militaires ;
  • les possibilités d'engagement.


Durant cet appel, des tests d'évaluation des connaissances en français sont organisés.

La charte des droits et devoirs du citoyen français prévue par la loi n° 2011-672 du 6 juin 2011 leur est remise à cette occasion.

A l'issue de cet appel, les jeunes reçoivent un certificat individuel de participation lequel est nécessaire pour passer les concours et examens d'Etat.

Cet appel est suivi d'une formation militaire facultative permettant aux jeunes qui le souhaitent d'entrer, à terme, dans la réserve.

A noter: Afin de se rendre à cette journée, les participants disposent soit d'un bon de transport SNCF soit d'une indemnité de déplacement de 8 euros.

Le volontariat militaire

Le jeune, de plus de 18 ans et de moins de 25 ans (lors du dépôt de la demande), qui le souhaite, peut effectuer un volontariat militaire pendant une durée de 12 mois renouvelables, dans la limite de 60 mois.

Le contrat de volontariat prévoit une période probatoire de 3 mois, renouvelable 1 fois. Pendant cette période, le volontaire ou l'autorité militaire peut, unilatéralement et sans préavis, mettre fin au contrat. Le contrat s'achève alors 24 heures après en avoir informé l'autre partie par lettre.

A noter : l'expérience professionnelle acquise au cours du volontariat peut être validée, au titre des acquis professionnels, en vue d'obtenir un diplôme de l'enseignement technologique et professionnel.

Les volontariats civils

Qui est concerné ?
Tous les hommes ou femmes volontaires de plus de 18 ans et de moins de 28 ans peuvent demander à effectuer un volontariat civil dans l'un des 3 secteurs suivants :

  • la cohésion civile et la solidarité ;
  • la défense, la prévention et la sécurité ;
  • la coopération internationale et l'aide humanitaire.

A noter : cette formule s'adresse aux Français, mais aussi aux ressortissants des états membres de l'Union européenne ou d'un état faisant partie de l'espace économique européen. Une seule condition est requise : être en règle avec le service national de leur état.

Pour quelle durée ?
Le contrat est conclu pour une durée de 6 à 24 mois, renouvelable une fois, dans la limite des 24 mois maximum.

L'accomplissement de ce volontariat ouvre droit à une indemnité civile.

Où se déroulent-ils ?
Le volontaire effectue sa mission en France, dans les DOM-TOM, les collectivités territoriales, en Nouvelle-Calédonie ou à l'étranger.


C. serv. nat. : Art. L. 114-1 et s et L. 122-1 à L. 122-20.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".