Universités : les réformes LMD

Réformes LMD
Réformes LMD
Depuis 2002, les réformes LMD (Licence-Master-Doctorat) visent à adapter l'enseignement supérieur français au système européen afin de faciliter les transferts entre les pays. Les diplômes français sont ainsi reconnus dans l'espace européen.


Réforme LMD : à quoi sert-elle ?

La réforme LMD a pour but d'aider au déplacement et à l'échange d'étudiants en Europe mais également de rendre les différents niveaux d'étude en France plus compréhensibles dans le monde.

Ensuite, c'est un moyen de garantir que les études effectuées dans tout pays européen seront reconnues en France mais également dans le reste de l'Europe.

Cette réforme concerne 40 pays souhaitant se mettre d'accord sur un système de diplôme. La réforme LMD a été initiée en 2002.

Que change la réforme LMD ?

Les études sont organisées en semestres et non plus en année. Chaque semestre validé vous rapporte 30 crédits européens. Par exemple la licence dure 3 ans, soit 6 semestres.

Ces crédits sont appelés ECTS (European Credit Transfer System) : c'est un moyen pour les employeurs et les universités en Europe de reconnaître un niveau.

Réforme LMD : nouveaux diplômes et cursus

Les différentes universités européennes se sont mises d'accord pour mettre en place 3 grades universitaires communs et de même durée :

  • la licence : 3 ans soit 6 semestres ;
  • le master : 2 ans soit 4 semestres après la licence ;
  • le doctorat : 3 ans soit 6 semestres après le master.


Chaque grade vous rapporte donc un certain nombre de crédits ECTS :

  • 180 crédits pour la licence ;
  • 300 pour le master ;
  • 480 pour le doctorat.


Le DEUG (bac +2) n'a pas complètement disparu et vous pouvez demander le diplôme suite à 4 semestres validés.

Cependant le premier grade universitaire reconnu par le système LMD est la licence.

En France, les diplômes niveau bac + 2 comme le BTS ou le DUT sont toujours reconnus.

Attention : progressivement le niveau bac + 2 risque de disparaître au profit des licences générales et des licences professionnelles. Le mieux est donc, quand c'est possible, de continuer vos études jusqu'à la licence.

Afin d'harmoniser la notation à l'échelle européenne, un nouveau système de note va être mis en place. En 2011, la notation est sur 5 en Allemagne, sur 10 en Espagne, et sur 20 en France.

Qu'en est-il des diplômes d'écoles et d'instituts ?

Ce système s'applique petit à petit, en France, dans les écoles et les instituts. Les diplômes des grandes écoles sont également convertis en crédits ECTS.

Par exemple, l'obtention du diplôme d'Etat d'infirmier couronnant une formation de 3 ans vous rapportera 180 crédits ECTS, c'est-à-dire comme pour une licence universitaire.

De même les classes préparatoires aux grandes écoles (bac +2) vous rapporteront 120 crédits ECTS.

Réforme LMD : inconvénients

Ce système a, tout de même, quelques inconvénients.

D'abord le système de notation est très complexe, car chaque UE (matières) donne un certain nombre de crédits. Le nombre de crédits varie selon l'importance de la matière.

Il est donc, en général, assez complexe de calculer si oui ou non vous avez réussi un semestre.

Par ailleurs, le système de semestres ne permet pas toujours d'approfondir les matières puisque votre emploi du temps, vos UE et vos professeurs changent parfois du tout au tout entre 2 semestres.