Où rencontrer des truites ?

Par : Jean-Pierre Fleury - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
pecheur truite

"Un coin à grosses truites", couverture du "Chasseur français", Printemps 1950

Difficile de ne pas être nostalgique des truites d'antan. Un pêcheur est par essence une personne optimiste alors il continue à rêver de poissons si gros... qu'il n'ait pas besoin d'en exagérer la taille ni le poids pour épater ses copains.


Des truites partout…

riviere peche truite
Rivière de première catégorie propice à la pêche de la truite

En France, chaque ruisseau oxygéné peut potentiellement abriter des truites, mais il faut admettre que l'envasement a détruit bien des frayères, et que les efforts de repeuplement des associations de pêche ne sont guère concluants quand l'environnement a été trop dégradé. Il n'en reste pas moins que la truite est bien présente sur l'intégralité de notre territoire. En revanche, vous ne trouverez jamais de truite autochtone dans des milieux lents comme les marais et les étangs. De même, les truites migratrices passent certes dans les parties lentes des rivières, mais les truites fario ne peuvent s'y reproduire, et y sont donc absentes. On rencontre Salmo trutta dans toute l'Europe, mais elle a également été introduite en Amérique du nord, où on l'appelle brown trout. Elle concurrence d'ailleurs dangereusement la truite arc-en-ciel, la truite locale, dans cette région. Elle a également été introduite en Patagonie, dans les rivières du Chili, en Australie et en Nouvelle Zélande. Rappelons qu'il n'existe aucun Salmonidé autochtone dans l'hémisphère sud, toute présence de truites et saumons au sud est liée à l'homme.
La truite atteint des tailles superbes en Amérique du Sud et en Nouvelle Zélande, qui sont devenus des paradis pour le pêcheur à la mouche. Ce poisson d'eau froide ne tient pas dans les régions tropicales et subtropicales.
La truite n'est pas adaptée à une température d'eau dépassant 18 °C, alors qu'elle vit sans mal dans les torrents glacés des régions froides, par exemple en Islande.

La truite ne fait pas de concession quant à la qualité des eaux. Elles furent il y a encore peu de temps les auxiliaires des ingénieurs aqualogues pour analyser la qualité des eaux de la Seine.

Où sont les truites d’antan ?

Dans un temps pas si lointain, celui de mon adolescence en Normandie, l'ouverture de la truite était un événement considérable. Le premier dimanche de mars l'église était désertée, les matches de football boudés, les commerces fermés "pour cause d'ouverture". Chacun, pêcheur confirmé ou gentil amateur, fourbissait ses cannes en sachant que quelques truites seraient au rendez-vous.

Et puis de façon rapide et sournoise les vraies truites ont disparu. On a changé le cours des rivières en les "mettant droites" pour les assagir, on a laissé les frayères se combler. Les eaux sont devenues des poubelles. Des truites artificielles ont été déversées... et les rêves des pêcheurs s'en sont allés vers des paradis étrangers et souvent inaccessibles.

Des raisons d'optimisme

truite normandie
"Capture d'image" d'une truite passant le 8 juin à 11h30 devant les vitres de la passe du Breuil

Cette tendance n'est pas irréversible. L'exemple de La Touques un joli petit fleuve côtier qui se jette dans la Manche entre Deauville et Trouville peut redonner un peu d'optimisme. Grâce à un peu de bon sens, quelques aménagements et une vigilance quotidienne, les truites de mer y sont présentes et s'y reproduisent comme au siècle dernier. Le spectacle "canadien" de gros géniteurs qui sautent pour remonter aux frayères est à nouveau offert la dernière semaine de décembre au moment du pic de la migration. Une passe à poissons opportunément construite à Breuil-en-Auge les aide et permet grâce a des vitres de les voir franchir le dernier obstacle vers l'amont.

remontees truites normandie
remontées cumulées des truites de mer au Breuil-en-Auge

La passe du Breuil-en-Auge est ouverte depuis le 31 mars 2009. A la date du 1er septembre 2009, 4 762 truites de mer sont remontées dont 16 sur les 7 derniers jours. L'on recense également 7 saumons remontés. Parmi ces truites, la plus grosse mesurait 91 cm et la plus petite 28 cm. La taille moyenne de la truite de mer était de 55 cm. (Passe du Breuil : www.federation-peche14.fr)

Pêcher la truite en France de nos jours : difficile de ne pas être nostalgique

mouches truites
Boîte à mouches sèches

La pêche de la truite se pratique avant tout dans des rivières de premières catégories. C'est-à dire des cours d'eaux souvent situés en amont des bassins avec des eaux bien oxygénées et pas trop chaudes l'été.

La pêche à la mouche
Si la mouche est de loin la plus emblématique, ce n'est pas la plus utilisée. Il y a beaucoup plus de pêcheurs au toc que de moucheurs dans notre pays. On peut également la rechercher au leurre, au poisson mort manié, au vif. Bref, c'est une pêche très diversifiée qui dépend surtout du type de cours d'eau pêché et de la taille recherchée.

fario mouche
Fario montant sur une mouche

A la mouche, la pratique est très différente selon que l'on pêche un ruisseau breton ou une grande rivière du Sud de la France. Dans le premier cas, il s'agira d'une pêche axée sur la présentation d'une mouche bien visible dans un environnement encombré, dans l'autre cas, il faudra jouer sur la finesse et la discrétion dans un environnement ouvert. Notons qu'on peut pêcher en mouche sèche comme en noyée, même si la mouche sèche reste plus appréciée, en raison de son caractère visuel. Voir une truite monter sur sa mouche et la gober reste une des plus belles émotions de la pêche sportive.
Il existe de nombreux parcours aménagés et de nombreux réservoirs qui pallient tant bien que mal l'inquiétante raréfaction des truites dans nos eaux.

Le réservoir de Sommedieue en Lorraine : fly in Sommedieue
Le moulin de la chaise-dieu du Theil en Normandie : moulin de la chaise-dieu
Le réservoir de Veirières dans le Cantal : Veirières évasion

 

La pêche au toc
Le toc est une technique extrêmement rentable, notamment après une pluie qui a teinté les eaux, rendant le pêcheur moins visible et les truites plus agressives. Il s'agit de présenter un appât près du fond, en le laissant dériver avec le courant, sans utiliser de flotteur. A la touche, un toc-toc caractéristique signale la présence de la truite au pêcheur. C'est de là que vient le nom de la technique.

On peut pêcher au ver dans les eaux teintées de début de saison, mais il est préférable d'utiliser des larves (vers de farine) et des lignes plus légères avec des sauterelles ou des grillons durant l'été, la truite devenant encore plus méfiante dans les eaux claires.
Il est courant de prendre bon nombre de truites au toc, mais on capture ainsi de nombreux juvéniles, avec un risque de mortalité plus fort qu'à la mouche (l'hameçon engamé profondément condamnant le poisson, il est impossible de le remettre à l'eau dans de bonne conditions). Pour ces raisons, la pêche au toc a parfois mauvaise réputation, mais, ne le répétez pas, c'est de loin la méthode la plus efficace pour prendre une truite.

Il est possible comme pour la pêche à la mouche de pêcher au toc en compagnie de guides de pêche professionnels. Fédération nationale des guides de pêche : www.ffmgp.com/

cuiller tournante
Cuiller tournante modèle classique français

La pêche à la cuiller
La cuiller est une invention que l'on prête à un lord anglais qui, alors qu'il tournait son thé, tout en pêchant à bord d'une barque, lâcha sa cuiller et la vit se faire aussitôt attaquer par une grosse truite. Il eut l'idée de recommencer l'opération en accrochant cette fois un hameçon à son couvert. Il venait d'inventer la cuiller.

La pêche à la cuiller tournante est simple et très rentable. Dans les grandes rivières, comme dans les petits ruisseaux, il s'agit de présenter une cuiller, souvent de petite taille, sur un matériel assez léger. C'est une façon sportive et très tactile de pêcher à la cuiller, très loin de la pêche du brochet. Cette technique a également bien des adeptes. Notez que pour toutes les techniques précitées, le pêcheur doit rester en retrait pour ne pas être vu. Pour la même raison, il pêche souvent vers l'amont. Les truites se tiennent nez au courant, et repèrent moins vite un pêcheur situé derrière elles.

truite arc ciel cuiller
Truite arc-en-ciel poursuivant une cuiller tournante

Le vairon manié est une façon excellente de prendre les gros spécimens. Dans les rivières ou la très grosse prise est possible (les rivières alcalines, souvent reliées à un lac) une ablette maniée est encore le meilleur appât.
Enfin les pêches à l'ancienne sont encore efficaces en particulier celle à la mouche de cuisine ou à la mouche à ... Attention l'emploi des asticots est interdit dans presque toutes les rivières à truites.

En lac, on peut prendre des truites au leurre, à la bombette, et même à la traîne (quand cela est permis... c'est-à-dire forcément en eaux closes). Il arrive que la truite de mer attaque des leurres destinés au bar par les pêcheurs côtiers.



Article réalisé par Arnaud Filleul et Jean-Pierre Fleury.

 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr