> NOS SERVICES PRATIQUES
 
 

La myélographie ou sacco-radiculographie

Par : Sonia Renar - Dernière modification : 19 novembre 2013 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |
Sacco-radiculographie  - © Fpjacquot / Wikimedia Commons

Myélographie - © Fpjacquot / Wikimedia Commons

La myélographie est un examen médical qui permet d'étudier la moelle épinière et le début des racines nerveuses, afin de détecter une éventuelle anomalie à l'origine de douleurs neurologiques, notamment les sciatiques rebelles. La myélographie est également appelée sacco-radiculographie lorsqu'elle ne concerne que la partie lombaire.


Myélographie : quelles sont ses indications ?

Cet examen, bien que relativement invasif, permet de localiser avec précision l'anomalie s'il y en a une, et ce, parce qu'il donne une très bonne visibilité sur les clichés grâce au produit de contraste. La myélographie est un examen qui est indiqué en cas de : 

  • hernie discale ;
  • lésion de la moelle en cas de fracture ;
  • compression de la moelle ;
  • sciatique ;
  • cruralgie ("sciatique de devant") ;
  • kystes vertébraux ;
  • arthrose sévère de la colonne qui empêche une ponction ;
  • tumeur de la moelle ;
  • tumeur de la colonne.

Principe de la myélographie ou sacco-radiculographie

La myélographie nécessite une brève hospitalisation. Après une anesthésie locale, le praticien va effectuer une ponction et injecter un produit à base d'iode. Le produit de contraste va opacifier la moelle épinière et les racines nerveuses. Cela va permettre de mettre en évidence une éventuelle compression intervertébrale ou toute autre anomalie. Le praticien prendra ensuite des clichés de profil, de face et en incidence oblique.  

Après l'examen, il faudra rester de préférence en position assise afin de permettre au produit iodé de ne pas monter à la tête et d'être éliminé plus facilement.

Les complications

Cet examen médical est avantageusement remplacé par la technique de l'IRM. Son principal avantage, à l'heure actuelle est qu'il est une bonne alternative à l'IRM en cas de claustrophobie ou d'obésité sévère, par exemple. La myélographie, au même titre que les examens qui demandent une injection de produit iodé, est une technique invasive, elle est donc susceptible d'occasionner des complications plus ou moins importantes. Les complications les plus courantes qui surviennent juste après l'examen et qui ne durent que quelques jours sont :

  • des nausées ;
  • des vomissements ;
  • des maux de tête ;
  • des troubles d'ordre neurologique (si le produit de contraste passe dans la tête).

Retrouvez sur Google+

Logement, famille, travail...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x
 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr