Santé et alimentation : combattre les idées reçues

Combattre les idées reçues sur l'alimentation
Combattre les idées reçues sur l'alimentation
Contrairement aux idées reçues, la vertu essentielle de notre alimentation traditionnelle est sa relative innocuité et sa bonne qualité. Ce n'est pas le moindre des paradoxes de la cuisine française.


Pays de la gastronomie

De nombreuses études comparatives réalisées à travers le monde démontrent que notre mode d'alimentation n'est finalement pas si nocif.
Le nombre de décès par maladies cardio-vasculaires est inférieur en France à celui pays anglo-saxons. Pourtant, une analyse quantitative de la nourriture montre que la quantité de graisses alimentaires est sensiblement la même. On peut aussi montrer que pour la même quantité de nourriture, l'Américain grossit, mais non le Français. La qualité de la cuisine française pourrait s'expliquer par la répartition entre les graisses, les sucres et les protéines. Le fait de manger du fromage à la fin du repas aurait un rôle bénéfique, ainsi que la consommation de vin.

Différences régionales

La cuisine française connaît cependant des différences régionales : les régions du Nord font plutôt de la cuisine au beurre ou à l'aide de graisses animales, tandis que celles du Sud utilisent davantage d'huile. Il est acquis que le modèle du Sud, qui correspond à la diète méditerranéenne est préférable. Même la cuisine du Sud-ouest, célèbre pour sa gastronomie à base de foie gras et de confits, serait bénéfique : la graisse d'oie aurait des vertus insoupçonnées, qui la rendraient aussi bonne pour la santé que l'huile d'olive.

Savoir manger avec modération

Il semble donc que nous puissions revenir à plus de fierté à l'égard de nos habitudes alimentaires, car elles ne seraient pas si désastreuses, constituant même un modèle qui n'aurait pas encore délivré tous ses secrets.

Il est acquis qu'il est important de ne pas grossir. Dans la mesure du possible, il vaut mieux l'éviter plutôt que d'avoir ensuite à se soumettre à un régime amaigrissant : celui qui a déjà été gros a toujours tendance à le redevenir.

Il faut donc adopter de préférence un régime frugal, c'est-à-dire une alimentation modérée et variée, qui fera appel à tous les aliments disponibles sur le marché et donnera sa faveur quotidienne aux légumes, aux fruits et aux sucres lents (pain, riz, pâtes) plutôt qu'aux sucres rapides. Rien n'est interdit, mais tout doit être consommé avec modération. En respectant cette règle et en pratiquant tout au long de l'existence des exercices physiques, vous avez peu de risque de grossir et de souffrir de maladies alimentaires (diabète gras, maladies athéromateuses).

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".