> NOS SERVICES PRATIQUES
 
 

Soulager un zona

Par : Aurélien Besnard - Dernière modification : 12 mars 2013 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |

Pour compléter votre lecture :

soigner zona

Comment soigner un zona ?

Maladie de la petite enfance, il arrive que la varicelle refasse parler d’elle à l’âge adulte. Pas en tant que telle, bien entendu, on ne peut l’attraper qu’une fois. Mais sous la forme de zona. En effet, le virus responsable de la première "attaque" persiste dans notre organisme et une infection ou encore un grand stress peuvent suffire à le réveiller.


Les symptômes du zona

Tout commence par une sensation de brûlure rendant insupportable le contact même d’un vêtement. Certains malades évoquent des douleurs aussi vives qu’une décharge électrique ou qu’un coup de poignard. Quelques heures ou quelques jours plus tard apparaît une rougeur, rapidement suivie de l’éruption de petites vésicules ressemblant à celles de la varicelle. 

Ces lésions se situent toujours sur le trajet d’un nerf sensitif, le plus souvent sur le thorax, le dos et même parfois le visage. Cette éruption dure généralement entre dix jours et trois semaines. La plupart du temps, les douleurs, qui prennent la forme de démangeaisons intenses et/ou de brûlures, disparaissent en même temps que les vésicules.
 
Mais elles peuvent évoluer vers la chronicité, notamment chez les personnes de plus de 60 ans, dont les défenses immunitaires diminuent naturellement avec l’âge. On parle alors de névralgies post-herpétiques (NPH). Ces NPH peuvent se manifester pendant des mois voire des années. 

Consulter en cas de zona

Quelque soit le degré d’intensité du zona, il faut consulter. La prise d’un antiviral sous forme de comprimés dans les 72 heures qui suivent l’apparition des vésicules permet de limiter l’intensité des douleurs et les risques de complications. Le médecin vous fera également désinfecter vos lésions avec un antiseptique cutané (e.g. chlorhexidine). Surtout, n’appliquez aucun remède de grand-mère. Au besoin, il vous prescrira également un antalgique adapté (e.g. aspirine, paracétamol). 

Comme le zona est causé par le même virus que celui de la varicelle, il faut éviter tout contact avec une femme enceinte ou une personne n’ayant jamais eu la varicelle. 
 

Les douleurs persistantes d'un zona

N’hésitez pas à consulter un neurologue ou un centre antidouleur. Les médecins disposent aujourd’hui d’un large éventail de médicaments (antiépileptiques, antidépresseurs) contre ces douleurs rebelles. Mais ce qui agit sur un malade n’agit pas forcément sur un autre. Il faut parfois essayer plusieurs molécules et ajuster la posologie en fonction des résultats et de la tolérance. Et si le traitement est efficace, on réduit progressivement les doses au bout de quelques mois.

Certains centres utilisent un neurostimulateur transcutané. Il s’agit d’un générateur de courant de faible intensité, relié à des pastilles appliquées sur les zones douloureuses. Mis en route trois fois par jour, pendant une heure, il soulage efficacement sans provoquer d’effets secondaires. Très discret, cet appareil peut avant l’achat être loué sur une période de 6 mois. Et il est pris en charge par la Sécurité Sociale.

 

Tant que votre peau n’aura pas retrouvé son aspect normal, mieux vaut éviter tout ce qui gratte et porter des vêtements légers, non serrés et en coton.


Logement, famille, travail...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x
 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr