Stévia, aspartame, sucralose : quel édulcorant choisir ?

Sucre et édulcorants
Sucre et édulcorants
Depuis des décennies, les édulcorants de synthèse sont utilisés pour leur pouvoir sucrant par l'industrie agroalimentaire. Dans les supermarchés, vous les retrouvez sous forme de "sucrettes" mais surtout dans plus de 6 000 produits. Mais savez-vous quels risques réels ils présentent sur votre santé ?


Maigrir à tout prix ?

L'aspartame, le sucralose, ou encore l'acésulfame K sont des molécules fabriquées en laboratoire. Elles sont principalement utilisées pour remplacer le sucre dans les aliments, ceci afin de prévenir les caries et les risques de diabète et d'obésité. Les personnes désireuses de perdre du poids ou faisant attention à leur ligne ont pour habitude de consommer ces édulcorants de synthèse de manière quotidienne car ils sont sans calories. En effet, on retrouve l'aspartame dans plus de 6 000 produits étiquetés par le code E951, beaucoup d'entre eux étant des produits allégés dits "light". Ces molécules sont présentes dans :

  • les édulcorants de table ("sucrette") ;
  • certaines boissons gazeuses ;
  • certains jus ;
  • les eaux aromatisées ;
  • les confiseries (bonbons, chocolats) ;
  • la plupart des chewing-gums ;
  • certains médicaments.

Lisez bien les étiquettes.

Aspartame : un édulcorant controversé

L'utilisation des additifs alimentaires est généralement soumise à des évaluations périodiques de la part de l'autorité européenne de la sécurité des aliments (EFSA). Pourquoi ? Parce que, souvent, il n'y a pas le recul nécessaire pour démontrer avec certitude l'innocuité de ces produits sur notre santé. Certains chercheurs sont d'accord pour dire qu'il n'y a pas de risques du moment qu'on ne dépasse pas une certaine quantité, également appelée "dose journalière admissible" ou "DJA". Pourtant, en 1980 déjà, la FDA (Food and Drug Administration), commission chargée d'évaluer les risques des aliments et des médicaments sur la santé des américains, l'équivalent de notre AFSSA, rendait un rapport interdisant l'utilisation de l'aspartame, mais les choses ont changé depuis aux Etats-Unis. Cependant, le neuropsychiatre américain John Olney, affirme, quant à lui, que la consommation de l'aspartame détruit les cellules nerveuses et augmente les risques de tumeurs cérébrales, comme le fait le glutamate.

Le Japon a interdit l'utilisation de l'aspartame depuis les années 70.

Cette molécule serait possiblement mise en cause dans :

  • le risque d'accouchement prématuré ;
  • l'hyperactivité ;
  • les crises d'angoisse ;
  • certains troubles neurologiques ;
  • la fibromyalgie ;
  • la fatigue chronique ;
  • certaines allergies.

Une étude scientifique réalisée sur des souris indique que le risque de cancer du foie et du poumon est augmenté dans le cadre d'une consommation  sur le long terme.

Stévia : un édulcorant d'origine naturelle

Le stévia est un édulcorant naturel. Il est extrait d'une plante que l'on retrouve principalement en Amérique du Sud, et en Asie. Il constitue une bonne alternative aux édulcorants de synthèse. Par ailleurs, une enseigne française de grande distribution a décidé de ne plus commercialiser de produits contenant de l'aspartame, celui-ci étant remplacé par le Stevia, et ce à partir de janvier 2014.

Les données sont contradictoires et le principe de précaution s'impose. Selon un vieil adage, "mieux vaut prévenir que guérir". De manière générale, les produits naturels présentent moins de risques pour la santé que les molécules de synthèse fabriquées en laboratoire.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".