Faire un test ADN

Faire un test ADN
Faire un test ADN
Les progrès de la médecine permettent aujourd'hui d'établir les liens de parenté entre individus à partir d'un échantillon unique que l'on nomme ADN.


ADN : une molécule unique

L'ADN ou acide désoxyribonucléique est une molécule contenant l'ensemble du patrimoine génétique d’un être vivant.

C'est cette molécule qui permet à un organisme de se développer selon les informations contenues : espèce animale, nombre de membres, couleur des yeux, etc.

Lors de la reproduction, l'enfant hérite de la moitié de l'ADN de la mère et de la moitié de l'ADN du père. Les gènes sont des segments de cet ADN.

L'ADN est présent dans chaque cellule de notre corps. Un échantillon biologique porteur d'ADN est très simple à obtenir.

Réaliser un test ADN

Un test ADN se réalise dans un laboratoire.

Le test ADN se décline sous plusieurs noms selon la finalité du test et les personnes concernées :

  • test de paternité ;
  • test de maternité ;
  • test de fratrie (test de zygotie pour les jumeaux)…

Une relation biologique entre deux individus  est établie dès lors qu'ils ont en commun au moins 50% de leur code génétique.

Il existe plusieurs méthodes de prélèvement d'ADN :

  • coton-tige buccal : il suffit de frotter l'intérieur de la joue avec le coton-tige ;
  • prise de sang : elle est de moins en moins utilisée car peu pratique ;
  • échantillons non standards (lorsque la personne ne peut être présente) : mégots de cigarette, chewing-gum mâché, cheveux, dents, os, fluides corporels…

Réglementation liée au test ADN

En France, les tests ADN n'ont de valeur, au sens juridique, que lorsqu'ils sont demandés par un tribunal.

Les différents tests (notamment les tests de paternité) disponibles à l'achat sur Internet n'auront qu'une valeur informative et ne seront pas recevables devant la justice. Ces tests sont proposés par des laboratoires belges ou suisses.
En effet, en Belgique, en Suisse et au Canada, ces tests d'ADN sont légaux. Ce n'est pas le cas en France.

Pour en savoir plus, consultez l'article 226-28 du Code pénal et l'article 16-11 du Code civil concernant les atteintes à la personne résultant de l'examen de ses caractéristiques génétiques ou l'identification par ses empreintes génétiques. Sachez que vous risquez une peine d'un an d'emprisonnement et 15 000€ d'amende pour détention de ces tests.