Frais professionnels : ce que vous devez savoir

Par : Philippe Colin - Dernière modification : 16 août 2014 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |

Pour compléter votre lecture :

frais professionnels

Les frais professionnels

Les frais professionnels sont les dépenses qui incombent personnellement aux salariés et qui se rapportent à l'exercice de l'activité pour laquelle ils sont rémunérés. Il y a 2 manières de déduire vos frais professionnels de l'impôt sur le revenu : l'abattement pour frais professionnels de 10% ou la déduction du montant réel de vos frais. Vous êtes libre de choisir entre l'un et l'autre, selon ce qui convient le mieux à votre situation.


L'abattement forfaitaire

Abattement normal de 10%
Pour la majorité des salariés, l'abattement est de 10%. Cet abattement s'applique au revenu global perçu dans l'année après déduction des cotisations sociales.
Son montant est de 424 € minimum (931 € pour les demandeurs d'emploi depuis plus d'un an) et il est limité à 12 097 € pour l'imposition des revenus perçus en 2013.

Cas particuliers d´abattements forfaitaires
Certaines catégories de salariés bénéficient d'un abattement forfaitaire particulier pour frais professionnels. Le taux en est variable suivant les professions. Par exemple, les musiciens peuvent appliquer un abattement pour frais professionnel de 14% de la rémunération nette déclarée qui couvre notamment les frais d'instruments, de matériel technique et d'assurance.

La déduction des frais réels

Si un contribuable salarié estime que le montant de l'abattement forfaitaire de 10% est inférieur aux dépenses réelles, il a la possibilité de demander l'abattement pour frais professionnels réellement engagés. Il peut choisir cette option, indifféremment des choix des autres membres salariés de son foyer fiscal.

Si vous choisissez le régime de l'abattement des frais réels, vous devez être en mesure d'apporter la justification de toutes les dépenses engagées par lui à l'aide de factures de réparations, notes d'essence, d'hôtels, de restaurants... Il vous faudra annexer à votre déclaration d'impôt le détail des frais réels en précisant leur nature et leur montant.

A noter : vous devrez conserver les justificatifs pendant les trois années civiles suivant la date de paiement.

Exemples de frais professionnels que vous pouvez déduire :

  • stationnement sur le lieu de travail ;
  • documentation professionnelle ;
  • acquisition de matériel informatique et logiciels ;
  • ...


Par dérogation à cette règle, l'administration accepte d'évaluer forfaitairement les dépenses d'automobile, de moto, vélomoteur et scooter en fonction du kilométrage, de la puissance du véhicule et de sa durée d'utilisation : le site impots.gouv vous propose de calculer vos frais kilométriques.

A noter : il existe un barème kilométrique particulier pour les véhicules à 2 roues.

Les frais de transport ne peuvent être déduits que si la distance entre le lieu de travail et le lieu de domicile est "normale", c'est-à-dire si elle ne dépasse pas 40 km (aller). Toutefois, cette distance peut être dépassée si le contribuable justifie que cet éloignement important ne résulte pas de convenances personnelles, mais est lié à l'exercice de l'activité professionnelle (difficulté à trouver un emploi à proximité de son domicile, notamment), ou à la situation familiale ou sociale (exemple : contraintes liées à l'état de santé du salarié ou des membres de sa famille). Le motif invoqué doit faire l'objet d'une note explicative à joindre à la déclaration de revenus.



C.G.I. : Art. 83-3°. Modifié par LOI n°2010-1657 du 29 décembre 2010 - art. 38

Donation, succession, impôts...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x
 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu