Palissage et tuteurage

Tuteurer tomates avec des liens en plastique
Tuteurer tomates avec des liens en plastique
Certaines plantes fragiles ont besoin d'un tuteur pour ne pas se casser en cours de croissance. Les plantes grimpantes, elles, ne poussent que sur un support, un treillage ou un cadre. En d'autres termes, certaines plantes doivent se faire un peu aider pour pousser. Mais elles y sont parfaitement mises en valeur, et c'est l'essentiel !


Généralités sur le tuteurage et le palissage

Les tuteurs et autres supports permettent d'orienter la croissance des plantes dans la direction voulue, de soulager les tiges et de leur permettre de mieux croître et fleurir.

Les tuteurs, en général, doivent rester discrets pour ne pas masquer la qualité ornementale de la plante. Au contraire les supports de palissage (treillages, gloriettes, pergolas, arceaux), esthétiques par leurs formes et leur matériaux, sont considérés comme des éléments du décor du jardin.

Quel que soit le support, il doit être adapté à la plante à tuteurer ou à palisser. Il faut veiller à ce que chacun soit bien ancré dans la terre de façon à résister au poids de la plante à mesure qu'elle se développe.

Les supports fixés au mur doivent être solidement vissés ou cloués. Au fil du temps, la végétation peut être très lourde et menacer la stabilité de l'ensemble.

Tuteurage

Tuteur tomates
Tuteur tomates

Certaines plantes doivent être maintenues par des tuteurs et attachées par des liens pour leur sécurité. Les jeunes arbres, en particulier, sont tuteurés à l'aide de piquets ou d'échalas, le temps de bien s'enraciner les premières années.

Les tuteurs doivent être à la fois solides et imputrescibles pour ne pas avoir à les changer pendant cette période. Pour cela, on les choisit en noisetier, en châtaignier ou en bambou.

On peut aussi se servir de piquets en acier recouverts d'une gaine en plastique vert les protégeant de la rouille. Les liens qui les attachent au support ne doivent pas empêcher le bon développement de la plante. On évite toujours d'utiliser des liens en fil de fer à même le tronc, qui peuvent blesser ce dernier et favoriser les attaques des parasites.

Les plantes annuelles ou vivaces au port souple dont les fleurs (dahlias, tournesol, par exemple) ou les fruits (tomates) sont trop lourds et nécessitent des tuteurs pour ne pas casser sous leur propre poids.
 

Tuteur vivaces ©André Vial
Tuteur vivaces ©André Vial

On utilise des tuteurs légers, constitués de tiges de fer ou de cannes de bambou ou de noisetier.

Les attaches en raphia ou en PVC (par lien ou clip) sont idéales pour ces plantes.
Les fleurs à port bas et retombant comme les pivoines sont souvent conduites sur des tuteurs formant une armature (en bois ou métal) sur le pourtour de la plante, et ressemblent à des petites cages.

Les fleurs volubiles comme les clématites peuvent être conduites sur des tuteurs : on utilise alors des tiges de soutien, le plus souvent métalliques et en forme de spirale.

Palissage

Palissage roses sur clôture et arceau
Palissage roses sur clôture et arceau

Le palissage est une technique plus particulièrement dédiée aux plantes grimpantes comme la glycine ou les rosiers grimpants, la vigne ou certains petits fruits, en particulier le framboisier et la ronce.

Elle permet aux plantes de bénéficier d'un meilleur ensoleillement et de fleurir ou de produire davantage de fruits.

Elle peut être réalisée directement sur un mur à l'aide de fils de fer ou sur des treillages muraux en métal ou en bois, ou encore des structures comme les pergolas, les gloriettes ou les arceaux, conçues à la fois comme support et aménagement décoratif.

Les plantes palissées nécessitent d'être conduites de chaque côté du support pour couvrir toute la surface de façon harmonieuse. Les tiges sont attachées au fur et à mesure de la croissance de la plante à leur extrémité. Très souvent le jardinier doit également tailler les plants pour éviter le développement disgracieux des tiges.