Urographie intraveineuse

Urographie intraveineuse
Urographie intraveineuse
L'urographie intraveineuse est une radiographie qui nécessite l'opacification, par un produit iodé administré par voie intraveineuse, de tout le système urinaire : reins, uretère, vessie et, au cours de la miction, l'urètre.


Pourquoi faire une urographie

L'urographie est utile pour le diagnostic d'occlusion d'une artère rénale (le rein touché ne s'opacifie pas), de tumeur du rein ou de la vessie, de calcul présent dans le rein ou dans l'uretère ou, enfin, de malformation des voies urinaires.

Le déroulement d'une urographie

L'examen urographique s'effectue en salle de radiographie et ne nécessite pas, en général, d'hospitalisation.

Le médecin réalise un premier cliché radiographique sans opacification, puis injecte le produit iodé ; à partir de ce moment-là, il prend une série de clichés minutés qui permettent de voir, en suivant la progression du produit, tout d'abord le rein, puis les uretères. Le malade doit ensuite boire plusieurs verres d'eau, pour permettre à la vessie de se remplir, ce qui demande une heure ou deux.

Des radiographies sont alors prises pendant que le malade urine, allongé sur le côté s'il s'agit d'un homme, ou debout s'il s'agit d'une femme ; ceci permet de visualiser au mieux l'urètre.

Enfin, un dernier cliché est effectué, après que le malade a vidé complètement sa vessie aux toilettes, donnant la possibilité de vérifier qu'il ne reste pas d'urine, ce qui peut arriver en cas de maladie prostatique.

Cet examen long est parfois désagréable, car il faut se retenir d'uriner pendant un certain temps. Enfin, l'injection du produit iodé entraîne une sensation normale et fugace de chaleur intense se diffusant dans tout le corps.

Il ne faudra pas oublier de signaler à l'avance au médecin une éventuelle allergie à l'iode, car un tel cas nécessite une préparation spéciale à effectuer pendant deux à trois jours avant l'examen ainsi que le jour même.

Contre-indiquée en cas de grossesse, l'urographie ne sera effectuée, chez les femmes, que dans les dix premiers jours du cycle menstruel.