La vipère : histoire, croyances et préjugés

Par : Jean-Pierre Fleury - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |
eve serpent pomme

Illustration d'Eve rencontrant le serpent

C'est le serpent à sornettes... Tout, lorsqu'on évoque la vipère n'est que préjugés négatifs, racontars et méconnaissances effrayées.


Langue de vipère

statue voltaire ferney
Statue de Voltaire à Ferney sculptée par Emile Lambert

"L'autre jour, au fond d'un vallon,
Un serpent (une vipère) piqua Jean Fréron.
Et que croyez-vous qu'il arriva ?
Ce fut le serpent qui creva".

Voltaire avec ces quelques vers répondait (avec sa langue de vipère) aux allégations diffamantes du critique qui prétendait qu'il était sublime dans ses écrits mais rampant (comme une vipère) dans ses actions. Ces libellés, écrits à l'encre venimeuse, montrent combien la comparaison avec une vipère était insultante. Et combien la réputation de la malheureuse bestiole était chargée de nuances péjoratives.
Une petite et humble remarque à l'usage de Monsieur Voltaire : Les vipères ne piquent pas. Du fait qu'elles se servent de leurs mâchoires pour inoculer leur venin, il eut été justifié d'écrire le serpent mordit Jean Fréron. Il va de soi que l'Ermite de Ferney n'ignorait pas cette subtilité éthologique mais qu'il a voulu protéger la forme allitérative de sa phrase. Eut-il employé "mordit" au lieu de "piqua" que la musicalité de ses vers en eut pâti.

L'allitération est définie, par le dictionnaire Larousse, comme la répétition d'une consonne dans des mots qui se suivent produisant un effet d'harmonie imitative ou suggestive. L'exemple d'allitération le plus souvent cité nous est offert par Racine dans Andromaque : "Pour qui sont ces serpents (sûrement des vipères) qui sifflent sur nos têtes...".

La liste des sornettes est longue

peluche serpent vipere
peluche de serpent

Elles sont tellement lubriques qu'elles gagnent la mer pour s'y accoupler avec des murènes, que leurs amours sont orgiaques et collectives, que les femelles en transes décapitent les mâles après l'accouplement.

Les vipères naissent du cadavre, précisément rachis, d'un scélérat. Galien ajoute le cadavre d'un scélérat en donnant naissance à un serpent, recueille le salaire de sa conduite.

Le cerf vient à bout du serpent grâce à un extraordinaire don de la nature. Il applique ses narines sur le refuge du reptile et souffle violemment, l'attire au dehors et le mange. Cela explique que lorsqu'on jette de la poudre de bois de cerf dans un feu les serpents s'enfuient en croyant avoir à faire à leur ennemi.

Galien prétend que leur chair fait venir des poux à ceux qui en mangent.

Pline, affirme que les vipéreaux tuent leur mère à la naissance.

La salive d'un homme à jeun fait mourir les vipères.

Les vipères hypnotisent leurs proies.

Loin de toutes ces légendes plus ou moins horribles, il existe pourtant un fait tangible qui pourrait justifier bien des griefs à l'encontre de la vipère. L'histoire se passe aux portes du Paradis. Il y a là une femme gourmande, une pomme et un serpent qui fait son travail de serpent. Et voilà l'humanité condamnée au travail à perpétuité ! Il y a tout de même de quoi garder une légère rancune envers les serpents.

Chasseurs de vipères

Il y a encore une trentaine d'années existait l'honorable profession de chasseur de vipères. Le travail consistait, en étant mandaté par les instituts Pasteur et Mérieux, à capturer des serpents afin de se servir de leur venin pour pouvoir fabriquer le sérum. Le sérum était fabriqué à partir des anticorps fabriqués par des chevaux auxquels on avait inoculé le venin. Le sérum étant maintenant fabriqué à l'aide de produits de synthèse, il n'existe plus officiellement de nos jours de chasseur de vipères ni de chevaux, à l'institut Pasteur ou Mérieux.

La vipère rendrait quand même quelques services

panneau attention viperes
Panneau prévenant de la présence de vipères

Elles mangent les scorpions mais cela rendrait le venin plus dangereux.

Elles nourriraient les indiens qui les mangent comme nous mangeons les anguilles.

La chair de vipère coupée, séchée et tamisée est un grand remède contre nombre de maladies.

Remède contre la morsure. Claude Seignolle dans traditions Paysannes de Sologne, éditions Hesse, se souvient du père B. de Marcilly en Gault qui buvait son urine comme remède contre les morsures de vipères. A Celles-Saint-Denis une peau de serpent faisait disparaître les verrues.
Mme de Sévigné préconisait des bouillons de vipères à sa fille malade.

"Faites venir dix douzaines de vipères du Poitou. Prenez-en deux tous les matins. Coupez-leur la tête. Faites-les écorcher, coupez-les en morceau et farcissez-en le corps d'un poulet. Observez cela un mois".

De nos jours le venin de vipères est, comme le botox, utilisé en chirurgie esthétique pour faire disparaitre les rides et peut-être plus sûrement l'argent des patientes.

Elle protègerait les champignons. Une pancarte "attention aux vipères" est beaucoup plus dissuasive qu'une pancarte "cueillette interdite" pour ne pas vous faire voler vos cèpes et vos girolles.

La liqueur de vipère est censée redonner du tonus en même temps qu'elle combat les rhumatismes. Pour obtenir une bonne et efficace liqueur, il faut noyer la vipère dans l'alcool afin, qu'encore vivante, elle y crache son venin.

Arts et symboles

vipere au poing bazin
Vipère au poing
  • Le Noeud de Vipères, roman de François Mauriac où le noeud de vipères symbolise la réunion d'êtres unis par la haine. (Grasset, 1932)
  • Vipère au poing, Brasse-Bouillon (Hervé Bazin enfant) raconte sa propre enfance. Il est dressé à haïr par Folcoche sa mère. Le livre s'ouvre par la mise à mort sadique d'une vipère par le petit garçon. (Grasset, 1948)
  • La vipère, le serpent en général, est un gardien de trésor. C'est lui, qui bien sûr, est de service aux portes du Paradis. Dans les légendes germaniques, Siegfried tire son invincibilité des vertus du sang du serpent Fafnir, qu'il a tué (Tétralogie de Wagner). Dans une légende du centre de la France, reprise par Marcel Aymé, ce sont des centaines de vipères qui sont gardiennes des mystères et du diamant de la Vouivre.
  • Le serpent est un serpent parce qu'il a été condamné à l'être. C'est en tous cas la Bible qui le dit : "Tu seras maudit entre toutes les bêtes. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras la poussière toute ta vie".
  • Hannibal remporta une victoire sur la flotte romaine en lui expédiant quelques centaines de pots de terre contenant des vipères vivantes.

Quelques mots autour de la vipère

viperine
Vipérine

Les vipereaux sont les petits de la vipère.
En Limousin, on appelle les vipères verpis.
La vipérine est une plante rudérale (qui pousse dans les décombres et les terres récemment remuées). Elle a une tige velue et des fleurs bleues. Elle tient son nom du fait que ses graines prennent la forme d'une tête de vipère.
L'aspic est une grande lavande fournissant des huiles essentielles et également une préparation culinaire qui désigne un produit enrobé de gelée.


Article réalisé par Jean-Pierre Fleury.

Logement, famille, travail...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x
 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu