Une capitale incontournable : découvrir Lisbonne au Portugal

Publié le 
Une capitale incontournable : découvrir Lisbonne au Portugal / iStock.com - SeanPavonePhoto
Une capitale incontournable : découvrir Lisbonne au Portugal / iStock.com - SeanPavonePhoto
Nichée dans l’estuaire du Tage, Lisbonne est une capitale époustouflante de beauté, animée par une douce mélancolie et une incessante fureur de vivre. Que faire, que voir à Lisbonne ? Suivez le guide. 


Point de vue sur la ville

La ville aux 7 collines offre d’innombrables points de vue pour admirer le paysage. Aussi touristique qu’incontournable, le site des Portas do Sol (la porte du soleil, l’une des sept portes de la cité arabe) propose une superbe vue sur le quartier ancien de l’Alfama et l’estuaire du Tage. Le belvédère attire de nombreux peintres en quête d’inspiration.  Pour atteindre le point de vue d’Escadinhas do Duque, il faut pouvoir se frayer un chemin dans le dédale d’escaliers et de restaurants de l’élégant quartier du Chiado. La vue sur le château au coucher du soleil est magnifique. Aux abords de Lisbonne, on découvre une perspective à couper le souffle. De l’autre côté du pont suspendu du 25 avril, au niveau du sanctuaire du Cristo Rei, dans la municipalité d’Almada, vous bénéficierez d'un point de vue culminant sur le pont suspendu rouge, aux faux airs de Golden Gate bridge. 

Lieux de fête

La capitale portugaise grouille de petites adresses et de lieux conceptuels, qui en font l’une des capitales européennes les plus attractives la nuit. La vie nocturne y débute tard (après 1 h du matin) et se prolonge jusqu’à l’aube. Le Bairro Alto, quartier populaire de la ville, fourmille chaque soir d’une population hétéroclite et pourtant animée par un seul et même esprit festif. Les bars de la Rua da Atalaia et de la Rua da Rosa offrent des styles et des ambiances bien distincts. Cependant, pour profiter pleinement de l’atmosphère, il est recommandé de ne pas y mettre les pieds avant 23 h, heure de sortie des fêtards lisboètes. Autre quartier animé la nuit, les Docas, entrepôts de pêche transformés en restaurants branchés et bars, revivent à la nuit tombée. Des décors stupéfiants pour des nuits blanches garanties dans des endroits comme le Kremlin ou encore le KAIS. Pour les mélomanes, le Music Box et ses voûtes en brique accueillent des DJs de prestige. Les fêtards les plus branchés se retrouvent dans le cadre feutré du bar BA du Bairro Alto Hôtel et se rendent ensuite au Lux Fragil, la discothèque de John Malkovich, LE temple des nuits électros lisboètes.

Où dormir ?

Hôtels, auberges de jeunesse ou chambres chez l’habitant : les hébergements lisboètes sont pluriels et pour toutes les bourses. Pour les voyageurs en quête d’originalité, l’auberge de jeunesse The Independente Hostel est une curiosité à part entière. Les chambres vastes aux poutres apparentes sont décorées avec des objets chinés, qui leur confèrent un cachet incontestable.  Une belle adresse pour les petits budgets : le prix moyen d’un lit en dortoir s’élève à 15 € la nuit. L’hôtel The Keep se trouve dans une petite ruelle bordant le château San Jorge. Le bâtiment à tourelle offre une vue panoramique sur le vieux Lisbonne. Un cadre romantique et pittoresque pour les amoureux de la vieille pierre. Pour les budgets plus conséquents, le Browns Central Hotel est un hôtel 4 étoiles situé dans un bâtiment du XVIIIe siècle dans le centre de Lisbonne. Rénové, l’établissement arbore un design très contemporain, et les chambres comprennent des éléments de décorateurs renommés, comme Charles et Ray Eames, Bestlite, Arne Jacobsen, ou encore Eero Saarinen.

Plats typiques et savoureux

La gastronomie portugaise est riche en plats de poissons et gourmandises sucrées. On trouve à Lisbonne pléthore de petits estaminets, de tables tendances et de grands restaurants traditionnels. Au niveau des quantités, il faut se méfier des amuse-gueules servis en début de repas. Très copieux, ils sont facturés dès que l’on commence à les grignoter. La journée débute avec un pequeno almoço (petit déjeuner) comprenant un galão (lait chaud avec du café) et un bolinho (petit gâteau) – les plus traditionnels sont les pastéis de nata (petits gâteaux ronds de pâte feuilletée à la crème). Dans l’après-midi, on prend une lanche, une collation généralement salée faite d’une torrada (une feuille épaisse de pain grillé avec du beurre salé) ou d’un croissant misto (croissant fourré au jambon et au fromage). En se promenant dans les petits restaurants des quartiers de l’Alfama ou de la Baixa, on goûte aux spécialités locales : les beignets de morue (pastel de bacalhau), ou le fromage au lait de brebis (queijo da serra). Les plats principaux les plus typiques sont composés de poisson, comme la Bacalhau à Bráz (morue frite, accompagnée d’œufs et de pommes de terre) ou encore la Bacalhau a Lagareiro (morue au four avec des oignons et des poivrons).  Côté boissons, la ginja, liqueur à base de griottes, se trouve dans tous les cafés de la ville. Certaines ginjinhas, des échoppes minuscules, ne servent pratiquement que ça.

Un tour au musée

La ville de Lisbonne regorge de bijoux et curiosités muséales. Sur l’avenida de Berna, le musée de la Fondation Calouste Gulbenkian – du nom d’un riche homme d’affaires d’origine arménienne - propose une collection privée d’une étonnante richesse culturelle. Les visiteurs peuvent y admirer les œuvres des grands peintres européens comme Rembrandt, Renoir, Monet, Rubens ou Van Dyck, des œuvres d’art islamique, asiatique, de l’antiquité gréco-romaine, ou encore une collection unique de joailleries de René Lalique. A Lisbonne, le mélancolique Fado reconnu « patrimoine culturel immatériel de l’humanité » en 2011, a son propre musée. Dans un environnement contemporain et interactif, le visiteur parcourt le contexte politique qui a vu naître le genre musical, en écoutant les notes significatives de ce chant urbain mélancolique. Le musée Berardo se trouve dans le Centre Culturel de Belém (CCB). Gratuit, ce musée d’art contemporain expose les collections privées de José Berardo, un millionnaire portugais.