Piscine bio : comment ça marche ?

Publié le 
Piscine bio : comment ça marche ? / iStock.com - MikeCherim
Piscine bio : comment ça marche ? / iStock.com - MikeCherim
Après l'Allemagne, l’Autriche et la Suisse, les baignades écologiques publiques ont fait leur apparition en France ces dernières années. La première a été créée en 2002 à Combloux en Haute Savoie : baptisée "plan d’eau biotope", son bassin de 1 500 m² peut accueillir 700 personnes par jour. Aujourd'hui il existe une quinzaine de piscines biologiques publiques sur le territoire. Et de plus en plus de particuliers sont tentés par une piscine bio, appelée naturelle ou étang de baignade.

Comment fonctionne une piscine naturelle ?

Inspirée des ruisseaux de montagne, une piscine naturelle fonctionne sur le principe du lagunage, une filtration biologique avec des plantes aquatiques et minéraux utilisés pour nettoyer et purifier l’eau. Elle reproduit un écosystème fonctionnant en totale autonomie afin de maintenir la qualité de l'eau.

La création d'une piscine naturelle nécessite en général l'installation de 3 zones : le bassin réservé à la baignade, un bassin d'épuration, et enfin une zone de régénération.

Afin de la faire circuler l’eau entre ces différentes zones, il est nécessaire d'installer un réseau hydraulique avec pompe fonctionnant en permanence. Car dans une piscine bio, l'eau doit toujours être en mouvement !

Le bassin de baignade doit occuper la même surface que la zone d'épuration et de régénération. Il doit donc occuper 1/3 de la surface totale. La profondeur conseillée est de 1,5 à 2 mètres.

Deux autres facteurs naturels sont importants : l'ensoleillement et la température. Trop d’ombre entraîne un mauvais réchauffement de l’eau et un mauvais développement des plantes. Mais trop de soleil favorise la prolifération d’algues pouvant entraîner une "asphyxie" du bassin. Enfin, la température de l'eau ne doit pas dépasser les 24 °C sous peine de voir les bactéries se multiplier.

Les étapes de filtration de l'eau

Dans la zone de baignage, l'eau s'évacue par le fond (par des bondes), et par la surface (débordement, skimmers…). Elle passe en général par un filtre mécanique afin de la débarrasser des particules en suspension (cheveux, poussières, feuilles).

L'eau du bassin de baignade est acheminée vers le bassin d'épuration, souvent intégré au bassin de baignade. Celui-ci est composé de graviers et pierres poreuses ainsi que de plantes épuratives comme le jonc ou la jacinthe d'eau. L’eau y est débarrassée des particules organiques grâce à ces plantes dites macrophytes, qui s'en nourrissent via leurs racines.

Après épuration, l’eau poursuit son parcours vers la zone de régénération, qui peut être séparée ou accolée au bassin de baignade. Cette zone permet de réoxygéner l'eau avant qu'elle ne retourne dans le bassin de baignade. Elle se compose de plantes oxygénantes et décoratives, chutes d'eau ou de cascades. Peu profonde (60 cm maxi), elle permet aussi à l’eau de se réchauffer naturellement de 5 et 6°C au contact des galets.