Bronchiolite : l'épidémie hivernale débute

Article mis à jour le 

Bronchiolite : l'épidémie hivernale débute
Bronchiolite : l'épidémie hivernale débute

À l’approche de l’hiver, la bronchiolite touche de nombreux bébés de moins de deux ans. Généralement bénigne, cette maladie respiratoire passe en une semaine. Certains cas peuvent cependant nécessiter une hospitalisation.

Chaque année, un nourrisson sur trois, soit près de 460 000 bébés, est atteint de bronchiolite. Cette maladie contagieuse est due à un virus nommé Virus Respiratoire Syncitial ou VRS.

Une progression constante

Le docteur Serge Smadja de SOS Médecin ne peut que constater un début d’épidémie de bronchiolite. Rien qu'au cours de la semaine du 7 au 13 novembre, 1 303 cas ont été recensés aux urgences, dont 482 ayant nécessité une hospitalisation. D’après les chiffres publiés par l'Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (Irsan), l’Île-de-France, les Hauts-de-France et la Normandie sont les plus touchés avec 17 672 nouveaux patients enregistrés durant la semaine du 14 au 20 novembre 2016.

Comment la reconnaître ?

La bronchiolite est reconnaissable à certains signes. Le plus souvent, le nourrisson contracte un rhume, tousse et ses bronches sifflent. Cette maladie entraine en effet une inflammation des bronchioles. Si elle est susceptible de toucher tous les bébés de moins de deux ans, les moins de 3 mois, les prématurés et ceux atteints d’une maladie chronique demeurent les plus vulnérables.

Que faire ?

D’après le docteur Smadja, il est conseillé de consulter en urgence dès l’apparition des premiers signes. En cas de besoin, contactez les services d’urgence en composant le 15. Pensez aussi à désencombrer régulièrement le nez du nourrisson avec du sérum physiologique. En position couchée, relevez sa tête d’environ 30° pour faciliter sa respiration.

Comment prévenir ?

Lavez-vous les mains avant de prendre votre bébé dans vos bras. Ne l’embrassez pas si vous êtes enrhumé. Évitez aussi de fumer à côté de lui, car le tabagisme passif accroit les risques.