Les chats et les chiens sont (aussi) sensibles au tabac

Article mis à jour le 

Attention au tabagisme passif de vos animaux de compagnie
Attention au tabagisme passif de vos animaux de compagnie

Les effets nocifs des toxines contenues dans la fumée de la cigarette sont connus. Des chercheurs écossais ont récemment apporté la preuve que les animaux de compagnie sont également affectés par le tabagisme passif.

D’une manière générale, "le fait de fumer porte sérieusement atteinte à la santé du fumeur ainsi qu’à celle de son entourage."

Une étude récente élargit le spectre des victimes du tabagisme passif aux animaux domestiques tels que le chien ou le chat. Des chercheurs de l'Université de Glasgow ont pu établir une relation directe entre l’environnement fumeur et l’apparition de maladies (cancer, obésité, affections respiratoires et autres) chez nos amis à quatre pattes.

Dans un communiqué publié le 29 décembre 2015, le professeur Clare Knottenbelt affirme qu’il a été prouvé que les chiens peuvent absorber de grandes quantités de fumée quand ils vivent dans un environnement fumeur. Cette étude montre également que les chats sont encore plus sensibles et plus affectés par ce phénomène. Ces scientifiques ont aussi démontré que les chiens stérilisés dont le maître est fumeur avaient tendance à prendre plus de poids que ceux vivant au sein d’un foyer non-fumeur. En mars 2015, une enquête suédoise avait déjà montré que les chats étaient les premières victimes de la pollution domestique. Ces félins ingèrent en effet plus facilement divers contaminants (retardateurs de flamme, toxines de la fumée de cigarette, etc.) pendant leur toilette.

Fumer à l’extérieur n’est pas suffisant

"Fumer loin de ses animaux de compagnie ne les protège pas à 100% d’éventuelles expositions. Cela permet néanmoins de réduire la quantité de toxines absorbées." Quand les scientifiques ont observé les testicules de canidés après leur castration, ils se sont rendu compte de la présence d’un gène marqueur de dommages cellulaires. Ce gène, impliqué dans l’apparition de plusieurs cancers, est plus actif chez les chiens fumeurs passifs que chez les chiens non-fumeurs. L'effet nocif résultant de l’expression massive de ce gène diminue lorsque les propriétaires fument loin de leurs animaux de compagnie. "Le tabagisme fait courir un risque sanitaire important autant aux fumeurs qu’à leur entourage proche, qu’il soit humain ou animal. Les gens devraient faire plus d’efforts pour arrêter de fumer," conclut le Pr Knottenbelt.

 

Sources : sciencesetavenir, e-sante