Gérer à distance le smartphone de son enfant, c'est possible ?

Article mis à jour le 

Vous en avez assez de payer sans arrêt les pots cassés de l'inlassable hors-forfait de votre enfant ? Sachez qu'il existe dorénavant une application disponible sous Android permettant de suivre en temps réel la consommation d'appels et de SMS de votre adolescent en herbe.

Vous en rêviez, e-medicis, une société spécialisée dans les nouvelles technologies au service de la santé, l'a fait. À condition de posséder un smartphone sous Android, l'application "e-zyou" vous permet de gérer à distance le nombre d'appels et de SMS effectués par votre enfant. Comment ça marche ? Il vous suffit de télécharger l'application sur le smartphone de votre enfant et de la paramétrer pour ensuite accéder à ses données de communication depuis un portail web parental avec code d'accès.

À noter que le service permet par ailleurs de paramétrer le téléphone portable de l'enfant afin d'éviter par exemple qu'il l'utilise pendant ses heures de cours, de choisir les applications auxquelles il pourra accéder ou encore de le géo-localiser. Chose astucieuse, un bouton de raccourci "Urgences" permet à l'enfant de prévenir les services de secours, d'alerter les parents par SMS ou par mail. Enfin, des informations importantes peuvent être insérées dans l'application, comme les allergies ou encore les personnes à contacter en cas de problème.

Néanmoins, l'application met quelques barrières aux possibilités de contrôle. Ainsi, elle ne permettra par exemple pas aux parents de consulter les photos de leur enfant ou le contenu de leurs messages. Une manière de préserver un minimum l'intimité de l'utilisateur.

À noter que l'application "e-zyou" est pour l'heure uniquement disponible sur Android. Dans sa version gratuite, elle propose des services de base tels que l'"appel police" ou encore le dispositif "alarme/panique". Mais pour bénéficier pleinement du service et des ses multiples options, il faut souscrire à un abonnement compris entre 5 et 7,50 euros par mois.

Sources : e-medicis, 20minutes, Le Parisien