Grippe : la campagne de vaccination 2016 débute

Article mis à jour le 

Grippe : la campagne de vaccination 2016 débute
Grippe : la campagne de vaccination 2016 débute

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté vendredi 7 octobre 2016. Près de 10 millions de personnes, considérées à risque, recevront gratuitement l'injection.

Touchant chaque année entre 2 et 8 millions de personnes, la grippe entraine la mort de 1 500 à 2 000 d’entre elles. La campagne de vaccination vise avant tout à réduire la mortalité due à cette maladie virale.

Des personnes vulnérables

Si la grippe est présentée comme une maladie bénigne, elle peut cependant être fatale à certaines personnes. Ainsi, les femmes enceintes, les personnes souffrant d’obésité ou de maladies chroniques comme le diabète ou le cancer, ainsi que les plus de 65 ans sont considérés comme présentant le plus de risques. Ces personnes recevront un bon de l’Assurance maladie leur permettant de retirer gratuitement le vaccin en pharmacie.

Une efficacité mise en doute

Ces dernières années, de moins en moins de personnes se font vacciner, suite à de nombreuses polémiques. En effet, d’après les statistiques de la Caisse nationale d’assurance-maladie, le taux de vaccination des plus de 65 ans est passé de 64% en 2008 à 51% en 2015. D’après les professionnels, le vaccin ne présente pourtant aucun danger. Cependant, son efficacité peut être mise en doute : suivant les recommandations de l’OMS, un nouveau vaccin est mis au point chaque année à partir des souches ayant circulé au cours de l’hiver précédent. Force est de constater l’inefficacité des crus de 2014 et 2015, qui ont entraîné un surplus de décès. D’après le Pr Jean-Marie Cohen, il est impossible d’obtenir un vaccin 100% efficace, en raison de l’imprévisibilité de la mutation du virus.

Les pharmaciens prêts à agir

Cette année encore, l’Ordre des pharmaciens a réitéré son souhait de pouvoir administrer le vaccin contre la grippe. Une enquête récente révèle en effet que 6 Français sur 10 approuvent l’idée de se faire vacciner par un pharmacien. Les médecins sont également favorables à cette solution à condition que l’injection soit traçable.

Sources : 20minutes.fr, ladepeche.fr, rtl.fr