Choisir sa canne pour la pêche en eau douce

Publié le 
Choisir sa canne pour la pêche en eau douce / iStock.com - Bobex-73
Choisir sa canne pour la pêche en eau douce / iStock.com - Bobex-73
Une canne à pêche est constituée d’un manche, plus ou moins long, sur lequel est monté un fil de nylon qui retient un appât. Aujourd’hui, beaucoup d’entre elles sont fabriquées en fibre de carbone, un matériau léger et flexible qui assure un grand confort de manipulation aux pêcheurs. Le fil est généralement fixé à un moulinet et l’appât est accroché à l’hameçon, dans l’intention d’attirer le poisson.


Une canne à pêche pour chaque pratique

Différents éléments entrent en compte dans le choix d’une canne à pêche : la corpulence du pêcheur, sa technique de pêche, le lieu (étang, rivière…) et le type de poisson convoité (brochet, carpe, perche…). Ainsi, l’eau peut être stagnante et sans courant ou extrêmement agitée ; le pêcheur peut choisir d’attendre le poisson ou bien aller à sa rencontre ; l’action peut être souple ou rigide, etc.

Une canne télescopique (les bâtons coulissent entre eux) ou une canne « à emmanchements » (les bâtons s’emboîtent les uns dans les autres) sont idéales pour s’ajuster en fonction de la distance de pêche voulue. D’une façon générale, plus une canne est longue, plus elle facile à lancer et permet de pêcher loin de la berge, ce qui convient à la pêche « de pose » ou au coup. En revanche, les cannes courtes et légères sont pratiques lorsque l’on est mobile ou installé sur un bateau. De même, une canne lourde permet de ramener de plus gros poissons qu’une plus légère, adaptée pour la pêche à la mouche.

Dans tous les cas, avant d’acheter une canne, vous devez vérifier sa résistance, son équilibre, son horizontalité, son poids, sa maniabilité, sa flèche rectiligne et, bien entendu, son coût. Très souvent, les débutants adoptent des kits de pêche composés de la canne, du moulinet et des appâts.

Le matériel complémentaire

La canne ne se suffit pas à elle seule pour attraper le poisson, elle doit être complétée par tout un équipement tel que :

  • Le fil, qui doit être résistant, transparent et d’un diamètre faible pour tromper le poisson.
  • Les flotteurs dont le poids et la forme sont variables
  • Les plombs destinés à équilibrer le flotteur et fixer l'appât à la profondeur voulue.
  • Le moulinet, indispensable pour pêcher les carnassiers et les gros poissons.
  • L'hameçon dont la taille, la couleur, la longueur et la section dépendent de l’appât et du poisson recherché.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".