Fiche métier : community manager

Publié le 
Fiche métier : community manager / iStock.com - pp76
Fiche métier : community manager / iStock.com - pp76
Très récent sur le marché du travail, le métier de community manager s’est rapidement imposé grâce à l’essor fulgurant des médias sociaux, devenus incontournables pour les entreprises. Réactivité, créativité, flair : la fonction et les missions d’un community manager exigent un certain nombre de compétences incontournables pour permettre d’apprivoiser l’impitoyable univers du web et ses perpétuelles mutations. Focus sur un métier très prisé et en constante évolution.


Community manager : le gourou de la communication digitale

Le « community manager » ou « gestionnaire de communauté » occupe une fonction stratégique au sein d’une entreprise. Il est responsable du développement et de la gestion de la visibilité sur internet de la société, de la marque ou de l’organisation pour lequel il travaille. Intrinsèquement liée au web 2.0 et à l’essor fulgurant des réseaux sociaux, le métier de community manager est en perpétuelle évolution. Le cœur de sa mission réside dans la création d’un échange avec les internautes autour d’une idée, une entreprise ou une marque. Agissant en tant que « représentant digital », il doit créer, fédérer et fidéliser une communauté d’internautes autour d’un intérêt commun. Sa mission s’articule autour de l’animation de ces échanges et de la mise en place de stratégies de contenus à des fins promotionnelles (concours, vidéos, articles sponsorisés, newsletters, animation de chats, etc.). Pour ce faire, le community manager remplit également une mission de veille Internet. Il scrute les sites et leurs contenus, extrait des informations pertinentes et propose des plans d’actions percutants. Bref, il connait la sphère internet comme sa poche. 

Le cadre de travail

Le community manager évolue au sein du service marketing et communication d’une entreprise, dans une agence spécialisée dans la stratégie digitale ou encore en freelance pour ses propres clients. Son contexte de travail impacte forcément sa fonction et ses missions. 

La formation requise

Le métier de community manager est accessible de différentes manières. Les premières formations se trouvent au niveau Bac + 2, avec les diplômes professionnels BTS Communication, BTS MUC (management des unités commerciales), BTS technico-commercial ou le DUT MMI (métiers du multimédia et de l'internet). En parallèle, un nombre croissant d’universités propose des formations sur les métiers du numérique. Une grande majorité des cursus prennent la forme d’une licence professionnelle (accessibles à partir du niveau Bac+2) et s’articulent autour de cours théoriques et d’expérience en entreprise.

Accessibles directement après le Bac, ou au niveau bac +3, les écoles de journalisme, de commerce ou de communication offrent des formations diverses qui s’adaptent au parcours des étudiants. Certains établissements proposent notamment le community management comme option ou spécialisation. Parmi les formations, on note par exemple la formation Bachelor Digital et Réseaux sociaux, dispensée par l’ ISEFAC, ou encore le bachelor en marketing digital de Sup’Internet. Les écoles de journalisme comme le CELSA, le CFJ ou l’ISCOM permettent d’étudier la stratégie de contenus et de communication sur les réseaux sociaux.

Les écoles de commerce accessibles via les concours Accès, Sésame ou Pass peuvent également proposer une spécialisation en « communication online ».

Les licences professionnelles spécifiques

A Nantes, l’IUT de la Roche-sur-Yon propose une licence professionnelle spécialisée dans « l’animation de réseaux et de communautés ». L’université Lyon 3 propose quant à elle une licence professionnelle « e-commerce et marketing numérique » qui s’axe sur l’élaboration de « stratégies d’influence » et sur la fidélisation de la relation entre l’entreprise et son public. A l’université d'Aix-Marseille, la licence professionnelle « marketing et réseaux de communication » offre la possibilité aux étudiants d’acquérir une double compétence en commerce et en technologie de communication.

Les compétences et qualités indispensables

La fonction de community manager nécessite avant toute chose une grande intelligence sociale. Un bon community manager doit pouvoir fédérer une communauté entière autour d’une marque, d’une idée ou d’un concept. L’évolution fulgurante des plateformes web, ainsi que la rapidité avec laquelle les informations y sont transmises exigent une solide connaissance d’internet et une importante réactivité. Le community manager doit pouvoir réagir au quart de tour. Tout ce qui touche à la communication de l’entreprise ou de la marque qu’il défend doit entrer dans un cadre professionnel et cohérent. Il doit donc pouvoir faire preuve de rigueur, de professionnalisme et de fiabilité. Enfin, la mise en place de stratégies de communication pérennes nécessite un certain talent créatif et une vision globale. En bref, le métier de community manager exige une grande polyvalence.

Le salaire

Le salaire déclaré d’un community manager débute à 2 000 € brut par mois. Cette rémunération peut croître rapidement, dépendamment du contexte dans lequel il exerce, de son expérience et de l’évolution de ses compétences. 

Les évolutions

Encore récent sur le marché, le métier de community manager est essentiellement exercé par de jeunes professionnels. La polyvalence du poste ouvre la voie à de nombreuses opportunités d'évolution de carrière dans les métiers des médias et de la communication.

Le cadre dans lequel le community manager évolue peut lui permettre de développer une spécialisation, dans le e-commerce, la gestion de la publicité, les médias sociaux, etc. Les structures d’envergure qui disposent de plusieurs community managers permettent une montée en grade, au poste de gestionnaire ou de responsable des médias sociaux, par exemple. Le community manager expérimenté peut également prétendre à des postes comme celui de chef de projet web, de chargé de développement 2.0, de gestionnaire de projets éditoriaux ou encore celui de responsable de la communication numérique.