Tout savoir sur la patate douce violette

Publié le 
Tout savoir sur la patate douce violette/istock.com-AmalliaEka
Tout savoir sur la patate douce violette/istock.com-AmalliaEka
Avez-vous déjà vu une patate douce violette ? Le tubercule pourpre envahit pourtant les réseaux sociaux, où s’échangent recettes originales et bonnes adresses. D’où vient cette patate aux teintes extraterrestres ? Comment la cuisiner ? Voici tout ce que vous devez savoir sur ce tubercule haut en couleurs qui vient rompre la monotonie de nos assiettes.


D’où vient-elle ?

Tout comme sa cousine orange, la patate douce violette se présente sous la forme d’un tubercule terreux potentiellement couvert de filaments et donc peu avenant. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la patate douce violette n’a pas été découverte sur Instagram. Elle est cultivée en Amérique du sud depuis des millénaires. Peu territoriale et facile à faire pousser, on la retrouve également en Afrique et en Asie où elle est appréciée pour sa richesse nutritionnelle (vitamine A, fibres, antioxydants, etc.), son faible apport calorique, son goût très sucré et sa chair colorée.

Quel goût a-t-elle ?

La patate douce violette a une saveur relativement différente de celle de sa cousine orange. Un peu plus sucrée, elle est très parfumée. Niveau texture, elle est plus douce et moins farineuse.

Comment se consomme la patate douce violette ?

La patate douce violette est particulièrement populaire aux Philippines, où elle est utilisée dans la préparation de desserts, notamment de crèmes glacées et de gâteaux.

A New York, le glacier Soft Swerve a fait du tubercule son égérie, en le déclinant en toutes sortes de glaces et sorbets. La patate douce violette est consommée sous forme de boissons au Japon. Côté cuisine à la maison, la patate douce violette se mixe en purée dont la couleur ludique attirera les enfants. A l’instar des patates douces « classiques » et d’autres tubercules, la patate douce violette s’épluche, se lave et se découpe. Elle se cuit à l’eau, à la vapeur, au four, entière, en tranches, en dés, en purée, en frites, en gratin, en tarte, en soupe ou en salade, chaude, tiède ou froide. Détail amusant concernant la cuisson en casserole : l’eau se colore abondamment, devenant pourpre à noir, changement de couleur qui n’a, bien entendu,  rien d’anormal.

Peu importe comment vous la cuisinez, la patate douce violette a la particularité perceptible de rompre la monotonie chromatique de nos assiettes. Sa texture singulière et son goût sucrée accompagnent les plats sains tout en assurant une variété gustative appréciable.