Livret A : une énième baisse à l’horizon ?

Article mis à jour le 

Si la baisse du livret A apparaît logique et sensée d'un point de vue économique, celle-ci ne ravira pas les épargnants...
Si la baisse du livret A apparaît logique et sensée d'un point de vue économique, celle-ci ne ravira pas les épargnants...

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a estimé lundi 6 juillet qu’il était "hors de question que le taux [du livret A] ne baisse pas au cours de l’année". Rappelons que la rémunération de ce placement défiscalisé était déjà redescendue à 1 % net il y a un an.

Faut-il s’attendre à une nouvelle baisse du taux du livret A le 1er août prochain ? C’est en tout cas ce que réclame le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer. Pour lui, il est ainsi inenvisageable que le taux du livret A ne recule pas prochainement. Et pour cause : bien que la rémunération ne s’élève plus qu’à 1 % net, elle est en réalité largement supérieure à ce qu’elle devrait être. En théorie, le taux ne devrait ainsi pas dépasser 0,25 %, selon la règle de calcul en place depuis février. Christian Noyer estime que son recul permettrait notamment à la BCE de favoriser la reprise économique en Europe. Pourquoi ? Parce que la baisse supposerait des placements à risques tels que les actions, qui contribueraient au financement de l’économie française.

D’autre part, il faut savoir que le taux de 1 % augmente le coût de financement du logement social et de la politique de la ville. Et pour la seule année 2014, le rapport de l’Observatoire de l’épargne réglementée indique que le surcoût représente la construction de 5 000 logements sociaux. Rappelons qu’il y a peu, Pierre-René Lemas, DG de la Caisse des dépôts, mettait en lumière le même phénomène.

Avant de proposer au gouvernement un taux de rémunération "idéal" pour le livret A, Christian Noyer attend la publication des chiffres de l’inflation du mois de juin, le 15 juillet. Courant janvier, ce dernier avait soumis l’idée d’un taux à 0,75 %. Mais la proposition avait été balayée, juste avant les élections départementales. Affaire à suivre.

 

Sources : lefigaro, latribune, lemonde