Témoin d’un accident de voiture : les bons réflexes

Etre témoin d'un accident : les bons réflexes
Etre témoin d'un accident : les bons réflexes
Porter assistance à une personne en danger, soit en agissant soi-même, soit en prévenant les secours, est non seulement une obligation morale mais aussi légale. Mieux vaut donc connaître les premiers gestes à accomplir quand on est confronté à un accident de la route. Ils sont simples mais peuvent suffire à sauver des vies. 


Protéger le secteur de l'accident

Votre priorité ? Empêcher qu'un nouvel accident ne se produise. Pour cela, garez correctement votre voiture près du véhicule accidenté et laissez vos feux de détresse allumés. Après avoir mis votre gilet de sécurité, faites descendre les passagers et éloignez-les au maximum de la route.

Si vous êtes sur l'autoroute, faites-les se placer derrière les barrières de sécurité. Si les conditions de sécurité sont suffisantes (densité de circulation, visibilité), placez votre triangle de pré-signalisation à une distance minimum de 30 m. Il doit être visible à 100 m du véhicule à signaler. Si vous en avez la possibilité, coupez le contact de tous les véhicules, débranchez la batterie et passez une vitesse ou serrez le frein à main si les véhicules sont instables. 

Donner l'alerte en cas d'accident

Après avoir rapidement évalué la situation, prévenez les secours. Utilisez les bornes d'appel d'urgence ou faites le 112, valable dans toute l'Europe. Il fonctionne même lorsqu'il n'y a pas de réseau.

A indiquer à l'opérateur :

  • la localisation précise de l'accident (ville, rue, numéro, près de, numéro de voie et borne kilométrique...);  
  • la nature de l'accident (nombre et types de véhicules) ; 
  • les risques qui persistent ;
  • le nombre de personnes concernées, l'état apparent des victimes ainsi que les premiers gestes effectués.

Surtout, ne raccrochez jamais avant d'y avoir été invité.

Porter secours aux victimes

Ne déplacez pas le ou les blessés, sauf en cas de nécessité immédiate : explosion, incendie, risque vital réclamant un massage cardiaque, un bouche-à-bouche…

Dans ce cas, gardez la tête et le cou de la victime dans le même axe, en les soutenant fermement et en les déplaçant ensemble. Desserrez ses vêtements (col et ceinture) et couvrez la victime. Si la personne accidentée est inconsciente, placez-la ensuite en position latérale de sécurité. Il ne faut jamais donner à boire aux victimes et s’il s'agit d'un motard, ouvrez la visière mais ne retirez jamais son casque. 

La position latérale de sécurité

Placez-vous du côté où vous voulez faire tourner la personne. Ecartez son bras du côté de retournement à angle droit de son corps et pliez le coude, paume de la main tournée vers le haut. Placez le dos de la main du bras opposé contre son oreille de la victime, côté sauveteur.

Tout en maintenant la main, saisissez la jambe opposée au retournement derrière le genou et repliez-la, pied au sol. Vous pouvez ensuite faire lentement rouler le corps en tirant sur le genou vers vous et en maintenant la main de la victime contre son oreille.

Lorsque le genou de la victime est au sol, retirez votre main de sous la tête de la victime en maintenant son coude pour ne pas bouger la tête. Ajustez ensuite la jambe pliée, de sorte que la cuisse soit à angle droit du corps puis ouvrez sa bouche. 

Stopper une hémorragie

Pour faire cesser des saignements abondants, comprimez immédiatement la plaie avec la paume de la main, en vous protégeant à l'aide d'un morceau de tissu. Allongez la victime pour éviter qu'elle ne soit prise d'un malaise dû à la perte d'un volume trop important de sang et ne tombe. Conservez cette compression manuelle jusqu'à l'arrivée des secours. En aucun cas vous ne devez retirer un corps étranger présent dans une plaie, sous peine de voir l'hémorragie augmenter.