5 idées reçues sur la musique

Publié le 
5 idées reçues sur la musique / iStock.com - valentinrussanov
5 idées reçues sur la musique / iStock.com - valentinrussanov
Est-il vrai que la musique a un pouvoir apaisant, qu'elle est indispensable à notre épanouissement, qu'elle est un langage à part entière, que certains de ses genres comme le jazz ou le classique sont démodés ou encore que le genre 'électronique' est une véritable jungle pour les non initiés ? Les réponses à ces questions tout de suite.


La musique adoucit les mœurs...

Oui. Omniprésente dans nos vies, la musique aurait une réelle action sur le corps et l'esprit. Thème de recherche privilégié des neurosciences, la musique serait bénéfique pour la santé. Des neuroscientifiques japonais ont ainsi établi un lien entre la musique et la réduction de l'hypertension artérielle grâce à la production de dopamine. Des chercheurs du CHU de Montpellier ont prouvé que la musique pouvait remplacer pour 50% les médicaments dans le cas de malades d'Alzheimer ou de Parkinson.

Utilisée dans de nombreux domaines pour apaiser les tensions, ralentir le rythme cardiaque, relaxer, diminuer le stress... la musicothérapie a élargi le champ de ses compétences. La musique, devenue outil thérapeutique, permet l'amélioration de la santé mentale et physique d'une personne, qu'elle que soit sa sensibilité musicale.

On ne peut pas vivre sans musique...

Vrai. Selon un récent sondage de Opinion Way pour la Sacem, les français sont du même avis que Nietzsche : « sans la musique, la vie serait une erreur ». Pour 80% des français, tous âges et catégories sociales confondus, la musique est un plaisir, voire une passion. Ils sont même 84% à en écouter tous les jours.

La chanson française arrive en tête des musiques préférées, même si le pourcentage (env. 50%) a tendance à diminuer ces dernières années. Suivent les variétés internationales, la pop, le rock, la musique classique, le jazz et l'opéra.

1ère activité culturelle pour les jeunes devant le cinéma, la musique s'écoute aujourd'hui sur de nombreux supports : téléphone, baladeur, sites internet spécialisés, DVD, chaîne stéréo, réseaux sociaux, radio, télévision... Sans oublier les concerts qui attirent majoritairement les enfants, les ados et les jeunes adultes.

La musique classique et le jazz, c'est pour les vieux...

Faux. Il est vrai que l'âge moyen auquel on écoute de la musique classique ne cesse de reculer. D'après une étude récente du sociologue S. Dorin, il se situe aujourd'hui aux alentours de 60 ans ! Les moins de 40 sont les plus grands absents des concerts de 'grande musique'.

Alors pourquoi ce vieillissement inéluctable du public pour le classique et le jazz ? Est-ce parce que nous n'avons pas été éduqués à ces styles qu'ils nous paraissent du coup ennuyeux et incompréhensibles ? Est-ce parce que nos parents n'en n'écoutaient pas ? L'absence, le plus souvent, de paroles, peut elle être une raison ? Est-ce parce des préjugés tenaces les classent parmi les musiques pour intellos et qu'elles nous semblent émaner d'un autre siècle ?

Pourtant, si la musique classique, comme le jazz, sont des styles musicaux empreints d'histoire, certains compositeurs géniaux parviennent à les moderniser et démocratiser. C'est le cas du musicien de jazz instrumental Ibrahim Maalouf qui s'accompagne d'un instrument unique au monde inventé par son père : la trompette à ¼ de ton. En 2014 et pour la 1ère fois en 29 ans, les Victoires de la Musique récompensent un album instrumental (Illusions), celui de ce musicien surdoué.

Modernité, inventivité, talent, mélange des styles... tout cela peut contribuer à amener le public vers ces musiques. Les 2 violoncellistes croates Luka Sulic et Stjepan Hauser l'ont bien compris. Mélangeant harmonieusement classique et rock, leur reprise de Thunderstruck (AC/DC) au violoncelle a connu un véritable carton sur le net parmi toutes les tranches d'âge.

La musique est un langage universel

Vrai. Langue des émotions pour le philosophe allemand Emmanuel Kant, la musique permet de communiquer partout dans le monde. Savoir jouer d'un instrument, c'est être assuré de vivre des émotions intenses et de partager sa passion de la musique dans n'importe quel lieu du globe. S'il existe des variantes concernant l'organisation des gammes selon les pays, toutes les cultures sont sensibles à la musique.

Des chercheurs états-uniens puis britanniques ont montré que le traitement du langage et de la musique se trouvaient au même endroit dans l'hémisphère gauche. D'autres études prouvent que les enfants naissent avec le langage de la musique dans le cerveau. Une écoute musicale précoce les prédisposerait à la reconnaissance des sons et des mots. Elle stimulerait également leur affectivité.

La musique électronique, difficile de s'y retrouver...

Vrai. Apparue à la fin des années 50 avec les 1ers claviers, la musique électronique est un genre qui, par sa très grande diversité, touche un large public. Divisée aujourd'hui en une multitude de sous-genres, il est en effet très difficile de suivre toutes les appellations de cette musique ultra-moderne créée par ordinateur : disco, chill-out, trip hop, drum and bass, dubstep, électro, rock électronique, minimale, house, industrielle, jungle, techno, trance, UK garage...

Chaque artiste, ou presque, a un style à lui, auquel on attribue un nouveau sous-genre comme Bob Sinclar et la french touch. Phénomène à l'effervescence mondiale où les stars se succèdent pour souvent quelques mois seulement, la musique électronique, comme toute musique, mérite qu'on s'y intéresse. Le recours toutefois à un initié peut être utile pour ne pas vous égarer dans cette jungle musicale.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".