À Paris, des commerçants se mobilisent pour les sans-abri

Publié le 

À Paris, des commerçants se mobilisent pour les sans-abri
À Paris, des commerçants se mobilisent pour les sans-abri

En septembre 2014, Louis-Xavier Leca, un jeune habitant du XIe arrondissement, avait eu l’idée de créer un réseau solidaire qu’il a baptisé Le Carillon. Désormais, plus de 200 commerçants affichent le logo formé de trois cloches sur leur vitrine.

Les sans-abris de Paris savent qu’ils sont les bienvenus chez les commerçants qui apposent l’autocollant du Carillon sur leur vitrine. Ils peuvent en effet réchauffer leur plat, recharger leur téléphone ou aller aux toilettes dans ces établissements.

Un réseau qui s’élargit

Créé sur l’initiative du jeune économiste Louis-Xavier Leca dans le XIe arrondissement, Le Carillon gagne aujourd’hui une dizaine d’arrondissements de l’est et du centre de la capitale. Ce réseau de fraternité comprend entre autres des pharmacies, des cafés, des restaurants et d’autres commerces parisiens. Tous les commerces participants sont répertoriés dans un livret distribué par les bénévoles, la Croix-Rouge, l’Ordre de Malte, la Chorba, Emmaüs, les Restos du cœur et d’autres associations partenaires. À partir de janvier 2017, Le Carillon compte étendre son réseau aux commerçants de la rive gauche et en mars, il gagnera d’autres villes telles que Lyon, Nantes, Marseille et Lille.

Des services gratuits

Les commerçants formant le réseau “Le Carillon, chacun pour tous” proposent différents services gratuits aux sans-abri de la capitale. Les autocollants sur leur vitrine comportent des pictogrammes indiquant les services proposés. Le guide papier distribué aux sans domicile fixe leur indique également les prestations fournies par chaque commerçant, le quartier où il se trouve et les horaires. Des bons pour des plats, des coupes de cheveux ou des boissons sont aussi distribués par des bénévoles. D’après Louis-Xavier Leca, l’objectif est surtout de tisser un lien social et de sortir les sans-abris de la solitude qui les guette. En contrepartie, les bénéficiaires doivent adopter des comportements adaptés pour ne pas importuner la clientèle des commerçants partenaires.

Cet article a recueilli 6 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : argent