Carte bleue, passeport : comment sécuriser ses données ?

Publié le 

Carte bleue, passeport : comment sécuriser ses données ? / iStock.com-fotomay
Carte bleue, passeport : comment sécuriser ses données ? / iStock.com-fotomay

Au fil des années, les internautes ont appris à se méfier des arnaques à la carte de crédit. Les malfaiteurs ont toutefois perfectionné leurs techniques, invitant ainsi à faire preuve de plus de vigilance. En effet, ils n’ont plus besoin de voler une CB pour la pirater. De ce fait, l’utilisateur doit prendre de nouvelles mesures pour limiter les risques.

En raison de l’évolution technologique, les smartphones et les puces électroniques peuvent être facilement piratés par des personnes malintentionnées. Les puces utilisées dans les cartes d’identité, les cartes bancaires, les passeports et les passes de transport sont toutes concernées. Elles permettent notamment de copier des informations et d’usurper une identité lors d’une transaction.

Protection des données personnelles

Les internautes sont désormais conscients de la nécessité de protéger leurs données personnelles. Le chiffrement permet entre autres de sécuriser les courriers électroniques, de verrouiller des données stockées sur un disque dur et de protéger le numéro de sa carte bancaire lors d’un achat en ligne. Cependant, ces protections ne sont pas déployées par toutes les plateformes. De ce fait, l’internaute fournit chaque jour une grande quantité de données à différentes organisations.

Par ailleurs, les paiements sans contact impliquent de nombreux risques. En effet, de nombreuses puces en circulation sont très vulnérables. Le passeport électronique belge introduit en 2004, par exemple, n’était pas sécurisé. De ce fait, les données personnelles de chaque citoyen transitaient sans aucune protection. Lorsque la France a adopté ce dispositif en 2006, un système de chiffrement a été mis en œuvre pour sécuriser les données échangées. Néanmoins, ce protocole présente une faille de sécurité non négligeable.

Des accessoires pour protéger les puces électroniques ?

En 2013, la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) a interpellé l’opinion publique sur les failles de la technologie sans fil NFC utilisée pour la communication en champ proche. Elle permet notamment de lire les informations contenues sur la puce à environ quinze mètres au lieu des quelques centimètres suggérés par les constructeurs. Le système RFID donne aussi la possibilité de déchiffrer à distance et de détourner les données enregistrées sur une puce électronique.

Pour limiter les risques liés à la technologie sans contact, il existe sur le marché des stickers sécuritaires pour cartes bancaires et des étuis protecteurs d’ondes. Le sticker se fixe sur le cryptogramme au dos de la carte et sert à masquer les trois chiffres associés à la CB. L’étui, en revanche, bloque les ondes RFID à 99,99% et empêche tout fraudeur d’accéder aux données personnelles du propriétaire de la carte. Il est aussi proposé en version portefeuille pour sécuriser les autres documents comme les passeports, les nouveaux permis, etc.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : vie quotidienne