Enfants : comment poser des limites ?

Publié le 

Comment poser des limites à son enfant ? / iStock.com - LSOphoto
Comment poser des limites à son enfant ? / iStock.com - LSOphoto

Éduquer un enfant n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. L’instauration de limites est inévitable pour l’aider à bien grandir. Quelques conseils sont utiles pour réussir à se faire respecter sans passer pour des tyrans.

Il n’est pas rare que des parents à bout de nerfs, excédés et fatigués consultent un psychologue pour lui faire part de leurs difficultés à éduquer leurs petits. Il est nécessaire d’imposer des limites pour établir une relation saine entre parents et enfants.

Commencer tôt

De nombreux parents croient à tort qu’il ne faut pas dire non à un enfant pour ne pas le rendre triste. D’après la psychologue Léa Ifergan, c’est plutôt le contraire qui se produit. En effet, un enfant aurait besoin de règles et de repères pour s’épanouir. Il aurait également besoin de ressentir que ses parents sont plus forts et sont capables de le protéger. Selon la psychologue, l’instauration des limites doit s’effectuer entre 1 et 2 ans. Cette période serait la plus appropriée pour expliquer au petit les interdits.

Éduquer sans blesser

L’instauration des limites consiste dans un premier temps à énumérer les comportements intolérables comme crier, taper ou harceler. Cependant, les spécialistes s’accordent sur le fait de bannir la violence, aussi bien physique que verbale. Les phrases blessantes pourraient nuire à son estime de soi. En outre, les enfants violentés deviendraient craintifs et recourent à des tactiques d’évitement comme le mensonge. Dans certains cas, ils deviennent des adolescents rebelles, et dans d’autres, des individus soumis qui ne peuvent s’épanouir pleinement.

Adopter un bon comportement

D’après les spécialistes, il est normal que l’enfant soit frustré par les interdits qui lui sont imposés. La meilleure manière de l’empêcher d’agir serait de le prendre dans ses bras. Il serait également possible de le poser sur un lit et de le laisser se calmer en restant dans la même pièce que lui pour éviter le sentiment de rejet. Les spécialistes recommandent aussi d’assumer avec l’enfant les conséquences de ses actions. Ainsi, nettoyer ensemble les traces de stylo sur les murs serait plus efficace que de le mettre à l’écart dans sa chambre en guise de punition.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : éducation