Conso maline : découvrez le commerce collaboratif !

Publié le 

Conso maline : découvrez le commerce collaboratif !
Conso maline : découvrez le commerce collaboratif !

Consommer autrement, tel est le credo des supermarchés coopératifs qui font leur apparition dans toutes les grandes villes de l’Hexagone. Ces commerces d’un nouveau genre sont gérés par des coopérateurs, qui sont à la fois clients et employés.

Prenant pour modèle le Park Slope Food Coop installé à Brooklyn, à New York, les supermarchés collaboratifs gagnent peu à peu du terrain en France. Le concept se résume en trois mots : “travailler pour consommer”.

Un fonctionnement particulier

Si un supermarché collaboratif ressemble en apparence à un commerce classique avec ses rayons gorgés de produits en tout genre, la comparaison s’arrête là. En effet, son mode de fonctionnement est tout autre. Les acheteurs ne sont pas à proprement parler des clients, car ils sont appelés à travailler au moins 3 heures par mois pour l’enseigne. Ils assurent ainsi les tâches normalement effectuées par les employés des supermarchés. Pour devenir adhérent, le coopérateur paie entre 20 et 100 euros, une somme qu’il récupère en cas de désengagement.

Des prix plus abordables

Le montant versé par l’adhérent lors de son intégration constitue sa part dans l’entreprise. Il est donc autorisé à y faire ses emplettes. Les produits mis en rayon sont choisis d’un commun accord par les coopérateurs, qui privilégient dans la plupart des cas les produits locaux et bio provenant de petits producteurs. Les prix sont inférieurs de 20 à 40% par rapport à ceux des magasins classiques en raison de la réduction des marges et des coûts fixes.

Des projets dans toute la France

À l’heure actuelle, divers projets de supermarchés coopératifs sont en gestation dans toute la France. Ainsi, La Louve, un supermarché collaboratif de 1 500 m² comptant près de 3 000 adhérents, ouvrira prochainement ses portes dans le 18e arrondissement de Paris. À Nantes, l’épicerie baptisée Scopeli a déjà séduit environ 2 500 coopérateurs et projette de s’installer dans un local de 1 000 m² dans le centre-ville. À Bordeaux, les initiateurs de Supercoop sont toujours en quête d’un local, mais prévoient d’ouvrir leur magasin début 2018. D’autres magasins sont en cours de création dans toute la France, notamment le Superquinquin à Lille, la Coop la Meute à Grasse ou Breizh’i Potes à Rennes.

Cet article a recueilli 3 avis. 67% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : argent