De John Spilsbury aux puzzles 3D : une histoire du puzzle

Publié le 

De John Spilsbury aux puzzles 3D : une histoire du puzzle / iStock.com - Julesinski
De John Spilsbury aux puzzles 3D : une histoire du puzzle / iStock.com - Julesinski

Les jeux ne se limitent pas à un simple rôle de distraction. Ils peuvent avoir une forte incidence sur les facultés cognitives. Le puzzle, un jeu d’énigme classique connu du grand public, fait notamment partie des incontournables dans ce milieu. Voilà des siècles que ce jeu de patience, alliant activité ludique et réflexion logique, anime nos heures libres. Des pièces en cartons simplistes aux modèles 3D actuels, le puzzle a fait l’objet d’une constante réinvention au cours de son histoire.

Les puzzles sont littéralement partout, et ce, depuis des années. Une question se pose alors : d’où provient ce casse-tête qui invite à se creuser les méninges une fois plongé dedans ? Zoom sur l’histoire de ce grand classique du divertissement.

L’œuvre d’un géographe désireux de diffuser sa passion

Le confinement a réconcilié la majorité d’entre nous avec la pratique des jeux de toutes sortes. Tandis qu’Among us, un jeu vidéo stratégique, fait fureur en ce moment, d’autres ont redécouvert la magie des puzzles. La réémergence de ce casse-tête qui consiste à reconstituer une image décomposée en centaines, voire en milliers de pièces est l’occasion pour tous d’en apprendre davantage sur l’origine du jeu. L’histoire nous rapporte que la création de ce jeu a fait l’objet d’une revendication acharnée par différents pays, de la France à la Suède, en passant par l’Angleterre. Cependant, la version officielle retient un nom derrière l’apparition de ce jeu d’énigme : John Spilsbury. Graveur et cartographe britannique, Spilsbury a commencé, dans le courant des années 1760, à disséquer des cartes de différents pays pour ensuite les revendre sous forme de pièces découpées. Le cartographe y voyait une manière ludique d’enseigner la géographie.

Une tendance qui s’est généralisée au fil des années

Les premières versions du puzzle étaient faites de pièces découpées dans une fine planche de bois. L’image était alors peinte par-dessus, puis disséquée, à l’aide d’une scie à chantourner, en formes régulières qui se juxtaposent. Le concept du puzzle perdure jusqu’au début du XXe siècle où le casse-tête subit une première réinvention. À cette époque, sa fabrication se généralise et le bois brut est délaissé au profit du contreplaqué. L’idée de créer des pièces qui s’emboîtent est également apparue à ce moment, donnant ensuite lieu à la démocratisation du puzzle en bois, devenu tendance après 1945. Loin d’avoir disparu, ce jeu de patience anime encore les retrouvailles familiales actuelles, au même titre que d’autres jeux de société.

Un jeu qui se décline en une infinité de variétés

Alors qu’elle ne devait originellement servir que de support d’apprentissage pour la géographie, l’invention ingénieuse de Spilsbury a donné naissance à l’un des jeux d’énigmes les plus populaires. Avec l’évolution technologique et des moyens de production, le concept a fait peau neuve à maintes reprises au cours des années passées. Allant du puzzle en bois au puzzle en carton, aujourd’hui classique, l’énigme se décline désormais en une version 3D, élevant le casse-tête au niveau supérieur. Avec cette nouvelle déclinaison, le défi consiste à reconstituer des monuments historiques ou des voitures, un concept excellent pour occuper les enfants sans écran.