Informatique : qu'est-ce qu'un ordinateur quantique ?

Publié le 

Informatique : qu'est-ce qu'un ordinateur quantique ?
Informatique : qu'est-ce qu'un ordinateur quantique ?

Si on vous dit qu'il peut être personnel comme de bureau ou encore portable, à quel objet du quotidien pensez-vous ? Il s'agit bien entendu de l'ordinateur. Mais saviez-vous qu'il existe désormais aussi en version « quantique » ? Si vous ne savez de quoi il s'agit, lisez notre article. Nous vous y expliquons tout.

Ordinateurs quantiques et microparticules

Si l'on en croit les experts canadiens de D-Wave, société dans laquelle Google a investi, la nouvelle génération d'ordinateurs est déjà mise au point. Et ces derniers sont nommés « ordinateurs quantiques ».

Leur particularité ? Ils sont faits de microparticules qui permettent de faire circuler les informations. Finis donc les transistors et le codage sous forme de 0 et 1 puisque ces microparticules peuvent être non seulement dans deux endroits à la fois mais aussi dans deux états.

De plus, elles peuvent interagir entre elles et à distance. Oui mais encore ?

Une puissance inégalée

Ces microparticules aux super-pouvoirs ne sont pas juste là pour faire circuler les informations. Elles permettent aussi de calculer de façon bien plus puissante qu'avec les ordinateurs actuels. C'est donc ce qui différencie les ordinateurs quantiques de nos chers PC : leur capacité de calcul phénoménale.

Concrètement, passer aux ordinateurs quantiques pourra permettre d'analyser de lointaines planètes ou encore de modéliser le cerveau humain. Les progrès en intelligence artificielle pourront quant à eux être accélérés.

Mais attention, pour pouvoir atteindre tous ces objectifs, il faudra que ces ordinateurs quantiques alignent suffisamment de qubits (équivalents quantiques des bits). Et c'est ce qui pose, pour l'instant, problème.

L'alignement complexe des qubits

Manipuler des qubits est très complexe. Plusieurs pistes sont donc étudiées par diverses entreprises :

  • Créer des qubits « via des oscillations dans des boucles supraconductrices » (IBM, Google...) ;

  • Coder « des qubits dans des ions uniques maintenus via des champs électriques et magnétiques dans des pièges à vide » (IonQ...) ;

  • Créer des qubits topologiques (Microsoft).

Pour les deux premières pistes, les qubits produits sont plus stables qu'avec la troisième piste. Cependant, celle suivie par Microsoft permettrait de créer des qubits plus résistants permettant ainsi de corriger plus facilement les erreurs.

Les questions sont maintenant : qui des géants IBM, Microsoft et Google gagnera la course à l'informatique quantique et surtout quand ? Certains pensent que les ordinateurs quantiques sortiront des laboratoires dès cette année. Il ne reste donc plus qu'à patienter.

Cet article a recueilli 4 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : informatique