Mode : la tendance des matières naturelles

Publié le 

Mode : la tendance des matières naturelles / iStock.com - MajaMitrovic
Mode : la tendance des matières naturelles / iStock.com - MajaMitrovic

À l’heure où l’écologie touche tous les domaines, l’univers de la mode n’est pas épargné. Les fibres naturelles gagnent du terrain et de nouvelles matières font leur apparition.

Les fibres naturelles présentent l’avantage de ne pas être issues de la pétrochimie, à l’instar des matières synthétiques. De nouvelles matières sont aujourd’hui utilisées par les créateurs de mode pour satisfaire des consommateurs de plus en plus exigeants.

Les fibres naturelles traditionnelles

Le coton est certainement l’une des matières naturelles les plus connues et les plus utilisées. Le coton bio a la particularité d’être issu du commerce équitable ou cultivé sans pesticides chimiques. Le lin est réputé pour sa solidité. Certains lui prêtent des vertus anti-stress et thérapeutiques. Cette matière naturelle optimise l’évacuation de l’humidité vers l’extérieur. De son côté, la soie est souvent considérée comme une fibre naturelle haut de gamme. Issue de la tonte d’animaux comme le mouton, la chèvre ou le lama, la laine favorise la respiration de la peau et contribue à la régulation de l’humidité.

Les nouvelles matières écologiques

Les recherches menées au cours des dernières années ont permis de développer de nouvelles matières écologiques, à l’instar de la viscose de bambou ou de la fibre d’amidon de maïs, aussi appelée Ingeo. Utilisée en Europe depuis la préhistoire avant d’être abandonnée au profit du coton, la fibre de coton revient au goût du jour après d’importantes recherches menées en Autriche, au Royaume-Uni et en Italie. Pour sa part, le SeaCell issu des algues et de la cellulose est une matière infroissable aux vertus anti-inflammatoires. Le Lyocell est fabriqué avec de la cellulose tirée de l’eucalyptus asiatique. Plus doux que le lin et la soie, il est aussi plus absorbant que la laine.

Les alternatives au cuir animal

Depuis peu, le cuir végétal envahit le marché. À la différence du cuir animal, dont le tannage nécessite l’utilisation d’une grande quantité de produits polluants, notamment le chrome, il est traité à l’aide d’actifs végétaux comme les écorces d’arbres. Si le cuir d’ananas est le plus connu, d’autres alternatives existent, parmi lesquelles le cuir d’hévéa, de thé, d’algue ou de champignon. Ce dernier ressemble à s’y méprendre au daim, mais il est plus doux et empêcherait la prolifération de bactéries.

Cet article a recueilli 4 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : mode