Plan Climat Energie : Paris accuse du retard mais garde le moral

Publié le  - Mis à jour le 

Plan Climat Energie : Paris accuse du retard mais garde le moral / iStock.com - sean3810
Plan Climat Energie : Paris accuse du retard mais garde le moral / iStock.com - sean3810

Le Conseil de Paris avait adopté à l’unanimité en 2007 un Plan Climat Energie. Celui-ci vise plusieurs objectifs complémentaires pour 2020 en termes de réduction de la pollution et de consommation énergétique raisonnable. Une stratégie ambitieuse sur laquelle la mairie de Paris a reconnu son retard le mardi 11 décembre. Une version réactualisée du texte a été adoptée mardi.

A l’occasion de l’adoption d’une version réactualisée du Plan Climat Energie par le Conseil de Paris mardi dernier, les quelques éléments qui ont pu filtrer sur le chemin déjà parcouru donnent une image mitigée : après 5 ans (2004-2009), la part des énergies renouvelables n’a progressée que de 2 points, et la consommation énergétique n’a diminué que de 5 %. Pire, les gaz à effet de serre n’ont diminués que de 2 % alors qu’ils doivent atteindre une baisse de 25 % dans 8 ans.

Des objectifs ambitieux

Les objectifs de départ sont ambitieux : porter à 25 % la production énergétique avec des énergies renouvelables, lutter contre le gaspillage d’énergie issu de la consommation, réduire à 25 % la consommation énergétique globale et les gaz à effet de serre par rapport à 2004.

De nombreuses inconnues demeurent


René Dutrey (EELV), adjoint de Bertrand Delanoë en charge de l’Environnement, a néanmoins déclaré mardi que grâce à la nouvelle batterie de mesures adoptée dans la version actualisée, les objectifs initiaux continuent à être atteignables. Ces mesures concernent les domaines du logement, de la logistique urbaine, de la mobilité et des énergies renouvelables. Elles appellent tous les acteurs économiques à signer une charte garantissant la réussite de cette réduction de la pollution urbaine et de cette transition énergétique.

Un pari risqué car trop d’inconnues demeurent pour l’instant. Ce plan réactualisé a pourtant été voté à l’unanimité même si les élus restent mitigés quant à l’efficacité de son application. La prochaine décennie verra si les efforts demandés seront fournis, et la consommation plus éco-responsable qu’aujourd’hui.