Sciences : 7 Français en immersion dans le désert pour une simulation de vie sur Mars

Publié le  - Mis à jour le 

Sciences : 7 Français en immersion dans le désert pour une simulation de vie sur Mars / iStock.com - Inhauscreative
Sciences : 7 Français en immersion dans le désert pour une simulation de vie sur Mars / iStock.com - Inhauscreative

Depuis le samedi 11 février, une équipe constituée de six étudiants et d’un ingénieur diplômé de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace de Toulouse sont en mission dans le désert de l’Utah, aux États-Unis. Objectif : expérimenter la survie sur Mars.

Vivre sur la planète rouge, l’homme en rêve depuis des années ! Néanmoins, une grande préparation et diverses expériences sont nécessaires avant de concrétiser un tel projet. Ainsi, les étudiants de l’Isae-Supaéro ont rejoint le centre de recherche Mars Society disposant d’une base dans le désert de l’Utah, et y resteront jusqu’au 5 mars. Ils vivront dans des conditions très similaires à celles de Mars.

Dans quelles conditions de vie ?

Le désert de l’Utah a été choisi pour mener l’expérience en raison d’un environnement désertique reproduisant l’atmosphère sur Mars. Pendant 21 jours, les étudiants toulousains vivront dans des conditions de survie et n’auront aucun contact avec l’extérieur. En effet, ils sont isolés dans un habitacle cylindrique reproduisant un tronçon de fusée, de 50 m² répartis sur deux étages. Pour plonger complètement dans l’univers de la planète rouge, les jeunes Français ne mangent que de la nourriture lyophilisée et ne boivent que de l’eau particulièrement rationnée. À noter que de nombreux chercheurs issus des quatre coins du monde viennent souvent aux États-Unis et participent à des sorties dans le désert afin de mener des expériences et des études sur la géologie ainsi que d’autres points concernant la Terre et cette planète voisine.

Différentes expériences à mener

Au cours de ces trois semaines, les étudiants toulousains mèneront différentes expériences, notamment la réalisation d’un potager connecté. Ils essaieront ainsi de cultiver des plantes aromatiques ainsi que des laitues sur un sol se rapprochant de celui de la planète rouge. À la tête de ce projet, Arthur Lillo n’en est pas à sa première expérience. Désirant faire partie des premiers colons sur Mars, il a déjà participé à un projet similaire en 2016.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : nature